Présence et illusion mentale : jour 5 chapitre 4

Présence et illusion mentale : jour 5 chapitre 4

Perdre la présence : les stratégies du mental pour l’éviter

Le mental et ses ruses pour renier la présence

Nous avons vu dans les chapitres précédents ce qu’était le moment présent, les notions de temps psychologique et de temps horloge. Nous avons constaté les différentes causes de la souffrance née de notre manque de conscience due à l’emprise de notre mental. Ce mental construit à partir d’une fausse identité corrélée à notre passé d’une part et d’une illusion liée à la promesse d’un meilleur avenir d’autre part. Cette relation au temps psychologique nous met dans un état d’illusion temporelle au sein de laquelle nous n’existons pas. Nous avons également vu que le moment présent était à juste titre le seul moment où tout se passe. Rien ne s’est jamais fait dans le passé et rien ne se fera jamais dans le futur. Or notre fonctionnement depuis toujours est basé sur ce mental temporel dysfonctionnel dont l’une des représentations majeures est l’égo. Ce personnage fictif fondé sur la peur.

Etre libéré du temps c’est ne plus avoir besoin du passé pour assumer notre identité ni de l’avenir pour atteindre la plénitude. Nous prenons tout d’abord conscience que notre présence et notre attention est rarement effective. Ainsi nous voyageons en permanence entre la conscience dans le présent et l’inconscience de notre mental temporel dysfonctionnel. Cette conscience nous permet de focaliser notre attention de plus en plus dans le présent et les allers-retour presque constants permettent de faire basculer la durée des périodes d’”inconscience” très longues à des périodes de moments présents de plus en plus constructifs.

L’inconscience ordinaire et l’inconscience profonde

Inconscience ordinaire : identification à des méchanismes de pensées, à des émotions, à des réactions, des agacements, des désirs, des aversions… C’est l’état normal propre à l’égo et à la soumission au mental, pas vraiment dououreux ni malheureux. C’est plutôt un état latent mais permanent d’insatisfaction, d’ennui, de nervosité habituel.

Le symptôme majeur est l’insatisfaction “ce mental bruyant” quasi omniprésent que l’on compense par de nombreux subterfuges : shopping, tabac, alcool, drogues, télévision, travail excessif… Insatisfaction transformée en souffrance lorsqu’on passe de l’inconscience ordinaire à l’inconscience profonde caractérisée par un conflit, une situation qui tourne mal dans nos vies, quand l’égo est confronté à un défi majeur, à une menace ou à une perte. La situation d’inconscience ordinaire se transforme alors en inconscience profonde et intense.

Notre résistance à ce qui EST dans nos quotidiens nous coupant de notre Êtreté, les difficultés plus ardues n’en sont qu’accentuées. Notre illusion temporelle permanente prend alors toute la place et nous y confronte par l’absurdité qu’elle représente. Tous les événements de nos vies de perte, de difficulté relationnelle, de manque possible de moyen finanicer, nous font nous sentir impuissants. Nous tombons dans la colère, la peur aigüe (angoisse, anxiété). L’inconscience profonde se traduit par l’activation du corps de souffrance dont nous avons parlé dans les chapitres précédents. Le meilleur indice de conscience est relatif à notre façon d’affronter les défis de la vie et à l’importance que nous accordons à notre présence. Ces défis ou challenges sont des tests : ils nous révèlent alors ou nous enfoncent encore plus. La vraie nature d’un homme se mesure dans sa capacité à agir dans les moments difficiles, pas dans les moments où tout va bien.

Il est donc nécessaire de passer d’un état d’inconscience à un état plus conscient pour minimiser l’impact de l’inconscience ordinaire et profonde.

Comment éliminer l’inconscience ordinaire ?

En arrêtant de rejeter ce qui EST et en niant le présent. L’inconscient se résorbe par la lumière. Soyons à l’écoute de nos états d’être, de nos ressentis. Demandons-nous cela régulièrement pour entrer justement dans la conscience par notre corps qui jamais ne ment. Dirigeons notre attention sur l’intérieur, jetons un coup d’oeil en nous. Plus nous le ferons plus la lumière de notre conscience permettra à l’ombre de l’inconscience de diminuer.

Comment se libérer du tourment

Qu’éprouvez-vous en ce moment ? Etes-vous en accord avec vous-mêmes ? Entretenez-vous du ressentiment envers votre travail, envers un proche ? Quelle est votre énergie intérieure ? Ne vous polluez-vous pas vous-mêmes et ceux qui vous entourent ? Lorsque nous vivons une situation négative, deux choix s’offrent à nous. Soit nous nous confrontons en disant ouvertement les choses à la personne concernée en lui faisant part de nos ressentis, soit nous nous laissons aller à la négativité que notre mental a créée par rapport à la dîte situation. C’est d,onc avant tout nous qui sommes créateurs de ce qui nous arrive. Tout état intérieur négatif est contagieux, qu’il soit réel ou ressenti, que nos pensées et émotions soient justifiées ou non. Par la loi de résonnance, nous déclenchons et alimentons la négativité latente. La solution est de lâcher le mental, de traîter les problèmes que nous avons à l’intérieur pour provoquer des changements à l’extérieur. Nous pouvons lâcher la négativité et embrasser son opposé. Nous activons notre corps de souffrance par l’inconscience profonde par exemple en cas de perte d’un être cher, mais nous pouvons accepter cette disparition en nous détachons de la souffrance en elle-même. Et cela passe par notre connexion à l’instant présent.

Lors de la survenue d’une forme de pensée, une émotion ou une réaction se présente, acceptons-là. Si nous avions été conscients, et que nous avions eu le choix, qu’aurions-nous pris comme option ? Joie ou souffrance, paix ou conflit, bien-être ou malaise ?

Comment est-ce possible que les humains aient tué plus de cent millions de leurs semblables au XXème siècle uniquement ? Tant de souffrance n’aurait pas pu être imaginée avant. La réalité dépasse la fiction. Nous ne tenons même pas compte de la violence psychologique, émotionnelle, de la torture, de la douleur et de la cruauté gratuite qui pedurent encore et encore. Ces personnes qui agissent en ce sens ne sont pas connectées à leur joie de vivre. Elles sont profondément négatives prêtes à détruire leur semblables, la planète et la nature. Les humains sont extrêmement malades et désaxés. Derrière se trouve la folie pure. Accepter cette violence que l’on peut avoir en soi permet de ne plus se sentir obligé de la sortir à l’extérieur de soi. Les humains sont inconscients de leur état de souffrance. Cependant l’étape suivante de l’acceptation, c’est celui où les émotions négatives ne sont plus générées sinon “l’acceptation” ne sera que mentale et l’égo pourra subsister dans ces travers liés à la peur et à son besoin impérieux de séparation et de division identité même de l‘égo. L’acceptation véritable métamorphoserait toutes ces émotions. S’il n’y a plus de séparation, de jugement, ni de résistance a ce qui est, la souffrance disparaît alors.

Où que vous soyez, soyez-y totalement

Si nous nous plaignons de ce que les autres nous font, de nos conditions de vie, du temps qu’il fait, agissons, reprenons notre puissance en mains pour passer à l’action. Arrêtons d’être des victimes. Reprenons notre pouvoir en vivant l’instant. L’ici et maintenant. Soyons présents à la fois dans le temps et l’epace.

Si une situation ne me plait, 3 solutions se présentent à moi :

– se retirer de la dite situation

– changer la situation

– l’accepter totalement ainsi que les conséquences sans excuses, sans pollution psychique. L’action qui résulte de la compréhension des besoins est plus importante que celle qui découle de la négativité. 

Action

Souvent il vaut mieux passer à l’action que ne rien faire. Plus cette action sera juste plus elle portera ses fruits. L’action juste se mesure à la cause de nos problèmes et la solution est toujours derrière l’épreuve. La peur nous freine t’elle ? Acceptons-là, regardons-là, considérons-là comme telle. La mettre dans le présent lui confèrera un autre sens bien plus transformable, et reconnue, son impact en sera d’autant plus diminué. La peur n’étant la plupart du temps que psychologique elle en sera d’autant plus facile à transformer.

Si aucune des 3 solutions n’est possible alors abondonnez toute résistance intérieure, le moi malheureux et l’égo destructeur rancunier victime ne pourra pas survivre puisqu’il n’est lui aussi que la construction de notre mental dysfonctionnel. Ainsi nous serons libérés. Ou bien y a t’il quelque chose que nous “devrions” faire, que nous savons mais que vous procrastinons, que nous ne faisons pas. Dans ce cas : Levons-nous et faisons-le tout de suite !

Sommes-nous stressés ? Vouloir arriver dans le futur “idéal” nous empêche d’être dans la  présence. Nous ne pouvons être ici et maintenant et être là et là-bas. Ce n’est pas parce que tout le monde idéalise un avenir meilleur qu’il faut procéder ainsi. Concevoir dans le présent permet de construire le futur. Voir le futur et s’attacher aux résultats plus qu’aux actes ne fait que nous diviser. Quelque soit vos mouvements, actions, émotions, acceptons-les vivons-les, ressentons-les !

Le passé nous retient une grande partie de notre attention à cause de nos réussites, de nos amours, de nos pertes ? Nous sentons nous coupables de faire moins, d’être moins bien, moins forts, moins ceci ou moins cela ? Analysons cela, voyons pourquoi nous avons comme croyance que c’était mieux avant et réapproprions-nous notre présent. Ressentons-le, sentons notre coeur battre, ressentons la plénitude qui nous habite depuis toujours, la paix de l’âme, l’harmonie.

Nous sommes anxieux, inquiets, “flippés” ? Stoppons cette identification à l’égo de peur et au mental dysfonctionnel, il n’y a pas de moyen de confronter et de transformer ce ressenti là puisqu’il n’est qu’une construction mentale. Ressentez plutôt le présent, ce qui est dans l’instant autour de vous, l’air sur votre peau, votre respiration, les parfums qui vous entourent, le niveau sonore environnant… Nous n’avons rien à combattre et aucune lutte à mener, vivons l’instant libérateur de tout ça.

impermanence

Sommes-nous insatisfaits ?

“Un jour j’y arriverai…”. Notre but focalise t’il toute Notre attention qu’il en réduit toute la puissance de l’instant ? Dénue t’il notre action de toute joie de le faire ? Qu’attendons-nous pour recommencer à vivre ? Si nous continuons à adopter ce mode de fonctionnement, l’avenir semlera toujours meilleur et c’est exactement la meilleure recette pour vivre l’insatisfaction permanente en étant dans l’absence et non dans la présence.

Sommes-nous perpétuellement dans l’attente ? Avons-nous “l’espoir” d’un avenir meilleur, d’un meilleur emploi, de la réussite, de l’illumination, du prestige, de l’argent ? Souvent les gens passent leur vie à attendre : quand j’aurai ceci je ferai cela, quand mes enfants seront grands je pourrai faire ceci ou cela… Attendre est un état d’esprit, nous voulons l’avenir mais pas le présent. Nous ne voulons pas ce que nous avons et nous voulons ce que nous n’avons pas. La vie ne produit alors plus sa magie puisque nous ne la vivons pas. Nous ne pouvons améliorer notre vie, elle est déjà là, déjà entière, déjà complète parfaite.

Il n’y a cependant pas de souci à aspirer à certains buts et à s’efforcer de les atteindre, l’erreur c’est de substituer cette aspiration au sentiment de vivre. Le seul point d’accès à l’être est le présent.

La gratitude envers le présent et la plénitude de la vie présente, voilà ce qu’est la vraie prospérité. Elle ne peut survenir dans le futur. Nous pouvons devenir riche à millions cela ne nous empêchera pas de sentir un vide intérieur et l’insatisfaction.

Cessons d’attendre, n’en faisons plus un état d’esprit et lorsque nous nous surprenons à nous laisser envahir par cet état d’esprit, secouons-nous ! Retour au présent. Si nous sommes présents aucun besoin d’attendre quoi que ce soit.

Passé, futur, attente, et même parfois l’espoir sont les stratégies du mental pour nier le moment présent. En revanche plus on surveille cet état mental, plus il est facile de savoir quand on s’est fait prendre dans ces pièges mentaux.

Attention : le mental fera toujours malgré tout tout ce qu’il peut pour nous éloigner de ce présent de vie, pour nous maintenir dans le temps et l’horloge psychologique.

positive ta vie

Le but spirituel du périple qu’est notre vie

Notre périple personnel a un but extérieur et un but intérieur. Le premier consiste à arriver à destination, à accomplir de que nous avons entrepris de faire, à réaliser tel ou tel projet. Cela implique le futur et l’avenir. Mais si nous attachons plus d’importance à cet objectif qu’aux moyens de l’atteindre, nous sommes à côté de notre vie. Chaque pas est une composante de cet objectif.

Le but intérieur concerne l’approfondissement de notre être. Dans le monde extérieur, notre périple est peut-être fait d’un million de pas, dans le monde intérieur, il n’en comprend qu’un, celui que nous faisons maintenant.  A mesure que la conscience de ce pas grandit et s’approfondit, nous réalisons que celui-ci contient déjà en lui tous les autres pas, de même que la destination. Ce seul pas se transforme alors en perfection même, un acte de grande beauté et de grande qualité. Voilà ce qu’est le périple intérieur qui nous conduit vers nous-mêmes, vers l’Être et sa lumière de transcendance. Cette lumière brillera alors en nous. Voilà ce qu’est notre raison d’être et l’objectif de notre périple intérieur.

meilleur

Tant que nous n’avons pas réaliser notre raison d’être, nous cherchons la réussite extérieure et/ou matérielle, et nous pouvons suivre ce faux chemin très longtemps parce que cela peut avoir parfois un amusant. On peut aussi totalement échouer à atteindre un objectif extérieur et réussir dans sa raison d’être. L’inverse aussi : richesse extérieure et perte de l’âme ou “gagner le monde et perdre son âme” comme disait Jésus. Le plus étrange quand on réfléchit ne serait-ce qu’un petit peu, c’est l’impermanence des choses. Toute réussite extérieure est donc relative et temporaire.

Le passé ne peut survivre en notre présence

Il est inutile de fouiller le passé inconscient sauf lorsqu’il se manifeste sous forme de pensées, réactions, émotions, désirs, ressentis ou d’un événement qui nous arrive. Tout ce que vous avez besoin de savoir au sujet du passé, les défis du présents auxquels vous aurez à faire face vous l’apporteront. Chercher dans le passé est un trou sans fond, vous y trouverez toujours quelque chose d’autre, quelque chose de plus, de moins… Vous croyez aussi peut-être qu’une situation de vie future plus aisée meilleure vous y aidera et vous délivrera. C’est une illusion totale. Seul le présent (cadeau) peut vous y amener. Accéder au moment présent est LA CLE.

Quel est ce Pouvoir de l’instant présent ?

Lorsque vous faîtes face au passé à partir du présent, vous l’effacez. Le present prend alors forme, il se renforce, il supprime le mental dysfonctionnel. Accordez l’attention à ce que nous vivons, donnons à nos pensées, émotions, désirs, ressentis, peurs, humeurs toute notre attention à mesure que ces situations se présentent à nous. Cela deviendra donc notre passé. Sans jugement, comparaison, anaylse vous faîtes face au passé et le dissipez par votre présence. Cette présence consciente dissipe le passé et sert d’agent de transformation. Soyons présent et le passé ne pourra survivre.

 

Si cela vous intéresse, voici le livre dans son ensemble. C’est vraiment pour moi un livre incontournable. Peut être un peu contraignant car vrai, il nous met en face les problématiques que nous avons à résoudre dans nos quotidiens. Il suggère aussi de passer à l’action ce qui est indispensable pour avancer sur notre chemin, pour évoluer, grandir et nous élever. Si vous en faîtes l’acquisition sur amazon par ce lien, je touche une commission. Cela m’aide d’autant plus à faire vivre ce site, à l’entretenir correctement et à continuer à fournir un contenu qualitatif.

Merci d’avance à vous toutes et vous tous.

stéphane dabas compressée

Stéphane Dabas

Auteur – Coach – Accompagnateur

 

 

  •  
    285
    Partages
  • 285
  •  
  •  

One thought on “Présence et illusion mentale : jour 5 chapitre 4

J'apprécie vos commentaires !

​Mon e-book les 7 secrets du bien-être

en téléchargement ​gratuit pour vous !

%d blogueurs aiment cette page :