Pensées négatives et dépression proviennent-elles du cerveau ? La réponse pourrait paraître évidente, pourtant, de très nombreuses expressions mettent au jour une relation étroite entre les émotions et le ventre. Lorsque nous sommes stressés, nous avons mal au ventre et quand nous sommes amoureux, nous avons des papillons dans le ventre. Mais comment le ventre peut-il agir sur nos émotions ? Pourquoi ne serait-ce pas notre cerveau qui influe sur celui-ci ? Percez les mystères de notre deuxième cerveau à travers cet article joliment saupoudré de méthodes vous permettant d’évacuer vos pensées noires.

 

pourquoi

 

Pensées négatives et dépression

 

Quelles sont les causes ?

 

Pensées négatives et dépression sont intimement liées. Avez-vous déjà remarqué que certaines personnes interprétaient systématiquement les évènements de façon négative ? Et si elles se répètent, elles peuvent conduire à une dépression. Cette maladie fait elle-même voir les situations actuelles et futures négativement, engendrant un cercle vicieux duquel il faut absolument s’échapper ! Sortir de ce cercle peut s’avérer difficile, car les pensées deviennent des automatismes, et nous paraissent normales. Une pensée ou une situation neutre ou positive peut nous apparaître comme négative par une modification cognitive. Nous pouvons alors avoir du mal à les contrôler. Mais en ayant conscience de celles-ci, il est ainsi plus facile d’y remédier.

 

arc-en-ciel

 

Voir en noir & blanc ? Préférer un bel arc-en-ciel !

 

Vous a-t-on déjà fait remarquer : « Avec toi, c’est tout noir ou tout blanc ! » ? Si c’est le cas, vous devriez vous reconnaître dans les situations suivantes.

 

Si on vous fait un compliment dans votre travail, vous vous sentez comme le meilleur. Mais si votre patron vous fait une petite réflexion, alors vous interprétez celle-ci comme un échec total. Dans les différentes situations de votre vie, soit vous êtes euphorique, soit vous êtes très triste. Vous n’arrivez pas à trouver le juste milieu et à vous stabiliser.

 

Vous passez du temps à ruminer sur un problème insignifiant. Par contre, si quelqu’un vous parle de vos qualités ou de vos réussites vous les minimisez afin de les faire devenir presque inexistantes ou banales.

 

Pour palier à ce problème, essayez de donner des degrés d’importances aux situations que vous vivez en relativisant. Développez une plus large palette dans vos émotions et vos ressentis, vous deviendrez plus heureux ! Il existe des moments qui sont très difficiles à surmonter, perdre un être cher, se faire licencier, divorcer, etc.. En revanche un retard, une maladresse dite par un proche, un rhume ou une griffe sur la voiture ne doivent pas vous mettre dans tous vos états.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Intelligence émotionnelle & compétences interpersonnelles : les "incontournables" des leaders

 

question

 

Généraliser toutes les situations : accepter et se poser les bonnes questions

 

Comment procéder ?

 

Lorsqu’une expérience négative vient de se dérouler, il est possible de penser que celle-ci se répètera systématiquement dans chaque situation similaire.

 

Par exemple, lors d’une rupture amoureuse, on peut imaginer qu’avec chaque homme ou femme, l’histoire se renouvellera. Ou bien, au moment d’un entretien pour une nouvelle entreprise, si vous n’êtes pas embauché, vous pouvez avoir l’impression que vous ne retrouverez jamais de travail.

 

Après une expérience négative, réfléchissez-y. Cette personne n’était peut-être pas faite pour vous, le poste convoité n’était peut-être pas adapté ? Déterminez quelle est la part de votre responsabilité et comment vous pourriez faire la prochaine fois pour que cela se passe mieux. Tirez de vos échecs, des enseignements.

 

positive

.

Retenir les pensées positives : changer de filtre et mettre de la conscience !

 

Changer de position par rapport à un sujet

 

Dans une situation donnée, vous portez votre attention uniquement sur les faits négatifs et vous ne voyez aucun des aspects positifs. Par exemple, votre patron vous rend un dossier avec quelques corrections, il vous félicite et vous fait remarquer que votre travail était bien documenté et très bien construit. Mais les seules choses auxquelles vous pensez et donc que vous retenez restent les remarques sur les modifications à effectuer. Votre cerveau fait complètement abstraction des compliments.

 

Il peut vous arriver également de vous convaincre que l’évènement positif et ce que vous auriez pu faire de bien n’ont aucune valeur. En reprenant le même exemple, vous pourriez aussi vous dire que n’importe quelle personne aurait pu le faire, qu’il n’y avait rien de difficile ou bien que vous avez eu simplement de la chance.

 

C’est une bonne chose de se remettre en question, cela nous permet d’évoluer et de grandir. Mais il faut savoir se récompenser et se dire que ce que l’on a fait, c’était bien, voir même très bien. Changez votre façon d’appréhender les évènements en vous concentrant sur les aspects positifs d’une situation. Si une personne vous fait un compliment, acceptez-le.

 

Identifiez les situations concernées

 

En identifiant dans votre vie et dans les moments que vous traversez ces modifications cognitives et en les confrontant à la réalité vous pourrez apprendre à relativiser. Petit à petit, vous vous rendrez compte que ce qui vous arrive n’est pas aussi catastrophique que vous auriez pu le penser. Lors d’une thérapie comportementale afin de soigner une dépression, c’est l’un des traitements le plus efficaces.

.

Comment agit le cerveau entérique ? Qu’en est-il de la gestion des émotions ?

Des neurones dans votre ventre ?

Oui, et en grand nombre, ce sont quelques centaines de millions de neurones qui se répartissent le long du tube digestif ! Soit l’équivalent du nombre de neurones présents dans le cerveau de votre chien ou chat !

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Eckart Tollé : sortir de l'inconscience de l'égo

Notre système nerveux se compose de deux parties complémentaires, elles-mêmes subdivisées en sous-parties :

  • Le système nerveux central
    • Cerveau
    • Moelle épinière
  • Le système nerveux périphérique
    • Système nerveux autonome
    • Nerfs périphériques
    • Système nerveux entérique

 

Le système nerveux entérique est composé de deux réseaux connectés : le plexus myentérique et le plexus sous-muqueux.

 

Les cellules nerveuses du système nerveux entérique sont les mêmes que celles de votre cerveau. D’ailleurs, l’origine embryonnaire est la même, les cellules se développent dans un seul et même endroit puis certaines migrent vers les intestins lors de la formation de celui-ci.

Les rôles du cerveau entérique

Ils s’avèrent nombreux.

Il commande tous les processus liés à la digestion :

  • péristaltisme et contraction afin d’assurer le transit ;
  • sécrétions de liquide au niveau de la muqueuse intestinale ;
  • circulation sanguine ;
  • contrôle de la barrière épithéliale permettant le passage des nutriments ingérés d’une part et d’autres de la muqueuse intestinale.

 

Il gère la relation entre le milieu extérieur et l’organisme :

  • empêche l’intrusion d’agents pathogènes ou toxiques ;
  • entretient des liens avec le système immunitaire ;
  • contient la flore digestive et le microbiote.

 

Cette localisation dans l’organisme lui permet de gérer un grand nombre de fonctions de régulation. La première est la régulation de la digestion, car il est en contact avec de nombreux autres organes appartenant au système digestif. De plus, il informe le cerveau sur les conditions du milieu et il effectue un réajustement si cela s’avère nécessaire.

 

Le cerveau entérique est en relation étroite avec le système nerveux central avec lequel il est connecté par le nerf vague, mais son fonctionnement demeure indépendant.

 

Tout comme dans le système nerveux central, le système nerveux entérique établit une communication entre les neurones par l’intermédiaire de petites molécules : les neurotransmetteurs. La sérotonine et l’acétylcholine sont deux exemples de neurotransmetteurs parmi une vingtaine existants.

 

lien

Les liens du cerveau entérique avec les émotions

 

Le nerf vague, celui qui relie le cerveau et le système nerveux mésentérique, établit la communication entre ces deux systèmes et notamment celle des émotions.

 

Cette affirmation a pu être constatée lorsque des personnes ont subi une lésion totale de la moelle épinière, leurs émotions s’en trouvent fortement diminuées. La moelle épinière se compose de nombreux nerfs reliant le cerveau au reste du corps. Ainsi, quand celle-ci est lésée, le système nerveux entérique n’est plus en relation avec le cerveau. Donc l’absence d’informations provenant du cerveau entérique provoque la diminution des manifestations émotionnelles.

 

Par ailleurs, il a été mesuré que les cellules nerveuses de l’intestin produisent 95 % du neurotransmetteur, la sérotonine, impliquée lors de phase d’anxiété, de dépression et de stress. Cette molécule synthétisée par le cerveau entérique est ensuite véhiculée par le nerf vague jusqu’au cerveau.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Emission de Radio : bien-être et respiration consciente

 

énergie

Chassez les pensées négatives : 3 pistes pour retrouver de l’enthousiasme et de l’énergie

1.   Retrouvez-vous

 

Si vous vous sentez stressé et triste, il est grand temps de vous retrouver pour prendre soin de vous. Chouchoutez-vous ! Vous venez de comprendre la relation étroite établie entre le cerveau entérique et la gestion des émotions. Profitez-en pour mettre vos nouvelles connaissances en application !

 

Certaines pratiques visent à équilibrer les émotions en appliquant des exercices sur la respiration. Par exemple en méditant régulièrement vous évacuerez vos tensions et votre stress. Le yoga permet également de rééquilibrer les énergies. De nombreuses postures font travailler le ventre et provoquent un massage en profondeur de celui-ci.

 

Enfin, prenez le temps de manger de bonnes choses, prenez soin de votre ventre et il vous le rendra !

2.   Tournez-vous vers l’extérieur

 

Entourez-vous de personnes bienveillantes et sociabilisez-vous avec des gens positifs. Eh oui, certaines ont tendance à tout voir du bon côté, et ça fait du bien ! Même dans l’adversité, elles réussissent à ressentir les difficultés sous un autre angle. Imitez-les, captez leur optimisme et appliquez-le au quotidien.

3.   Changez votre façon de penser

 

Est-ce que vous oseriez parler d’une autre personne comme vous vous parlez à vous même ? Ayez envers vous un peu d’indulgence, vous ne pouvez être parfait. Concentrez plutôt votre attention sur vos qualités, vos points positifs et vos réussites.

 

Pour vous y aider, vous pouvez tenir un journal de vos émotions. Lorsque quelque chose vous met en joie ou inversement en colère ou vous rend triste, notez-le. Puis, à tête reposée, et quand vous vous sentirez de bonne humeur, reprenez votre cahier et analysez émotion par émotion. Pour chaque pensée négative, essayez de la remplacer par une positive.

 

Par exemple : « Mon patron me donne des tâches trop difficiles, en plus il ne me guide absolument pas. Il se moque de moi. ». Vous pouvez remplacer cette phrase par : « Mon chef a confiance en moi et en mes compétences, c’est pour cela qu’il me donne des missions compliquées à faire en autonomie. »

 

Et vous, avez-vous développé des méthodes pour chasser vos pensées négatives et retrouver de la joie dans votre vie ? Partagez-les dans les commentaires !

 

 

 

 

  • 1.2K
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
%d blogueurs aiment cette page :