Leadership émotionnel : 3 clés

Leadership émotionnel : 3 clés

  •  
  •  
  •  
  •  
  • 233

Leadership émotionnel pour des êtres émotionnels

Dans cette période de profonde mutation, les émotions sont les vrais moteurs pour comprendre nos fonctionnements. La clé est de savoir ce que nous comptons en faire parce que bien que nous en soyons majoritairement inconscients, c’est The Facteur de réussite ou d’échec. Elles sont au carrefour de nos expériences de vies, de l’image que l’on renvoie et des ressentis émotionnels que nous créons chez nos interlocuteurs. Ce sont elles qui l’image de notre leadership ou de notre personnalité à l’extérieur ce que nous sommes réellement au plus profond de nous. D’où des incompréhensions possibles entre ce que nous disons et ce que nous émettons dans nos messages inconscients non verbaux.

Les émotions sont justement l’essence du langage non-verbal, elles parlent de nous sans que nous le sachions. Etablir un pont entre notre langage conscient et nos émotions est un moyen concret de développer puissamment notre leadership et notre capacité à inspirer. Ces émotions parlent et nous informent avant tout sur nous-mêmes. Elles se manifestent à partir des interactions qui s’opèrent entre nos pensées, nos sentiments, nos jugements et nos croyances par rapport à notre environnement en perpétuel changement. Elles sont la réponse chimique et physiologique de protection (sueur, rougeur, jambes qui flagellent, voix qui tremblote…) ou de plaisir (les poils qui se dressent, la chair de poule, l’émerveillement) que produisent les stimulis de cet environnement sur ce que nous avons vécu. C’est pourquoi nos interlocuteurs créent parfois chez nous des réactions qui nous sont préjudiciables. Le ressenti créé par une personne qui est notre miroir ou une autre qui est à l’opposé de notre mode de fonctionnement fait qu’aucun message ne pourra pas passer. Comment faire ?

Le travail sur soi

Travailler sur soi, sur ses valeurs réelles sur ses croyances, ses peurs, ses zones d’ombre est salvateur. Quoi qu’il arrive, ce que nous sommes au travail est aussi ce que nous sommes au quotidien chez nous avec nos amis, notre famille, notre conjoint(e). Faire un état des lieux par l’intérieur, ou par un accompagnement est indispensable.  Déclencher la prise de conscience de nos forces et également des petits, moyens, ou gros boulets que nous portons. Souvent sans même le savoir. Nous devons devenir conscients de notre mode de fonctionnement et de l’optimiser quand il nous profite, le déprogrammer lorsqu’il nous dessert.

La communication ne passe pas, on ne se comprend pas

Cela dépend de la personne en face, de la situation, de notre humeur, de notre état d’esprit. Parfois nous ne sommes pas “en phase” avec notre environnement et la communication ne passe pas. La cause est avant-tout émotionnelle. Notre parcours de vie est opposé à celui de notre interlocuteur et nos filtres inconscients empêche toute compréhension. Les stimulis émis par le langage non-verbal, l’attitude ou le comportement de notre interlocuteur est interprété par notre cerveau comme incompréhensible car opposé à nous. Sans que nous en soyons conscients il nous met en garde voir en situation de défense, ce qui envoie là aussi des signaux désagréables à notre interlocuteur. Aïe Aïe Aïe… Incompatibilité d’humeur quand tu nous tiens !

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Harmonie intérieure & connexion à l'autre

Pourquoi gérer nos émotions ?

L’idée de gérer ses émotions est réellement porteuse de sens quand on peut prendre la mesure de comprendre l’impact que cela a dans nos vies. Une odeur, un bruit, une mimique, un geste sont des signaux potentiellement interprété comme dangereux par notre cerveau. Ce sera le cas si celui-ci a dans son disque dur le un bruit, une odeur, un geste connecté à une mémoire négative voir handicapante ressentie ou vécue. Imaginez-vous l’impact qu’à notre passé sur notre vie quotidienne professionnelle ou personnelle. 90 % de nos vies sont gouvernés par notre inconscient. Et pour cause.

Les émotions en tant que tel

 

Leaderhsip et peur

Il existe en fait 5 types de réactions émotionnelles plus ou moins puissantes de colère, de joie, de tristesse, de peur, d’anxiété. Ces 5 émotions sont les émotions “racines” à partir desquelles d’autres réactions se subdivisent en de nombreux termes : gratitude, reconnaissance, abattement, agacement, appréhension, insatisfaction, plénitude… Ces émotions racines ou leur sous-division composent notre comportement. Une émotion peut venir d’une pensée, d’une image, d’un sentiment. Si nous sommes présents à nous mêmes, nous pouvons en être conscient et ne plus les subir pour développer notre leadership et/ou notre intelligence émotionnel

Le rôle de nos  sens

Les 5 sens qui nous animent sont par ailleurs les récepteurs des stimulis qui produisent nos émotions. Quoi que nous en pensions, nous sommes guidés par ces 5 sens. Ils nous servent de GPS : soumis au très froid ou au très chaud notre sens du toucher provoque une réaction, notre vue soumise à des choses horribles ou magnifiques nous fait réagir, un bruit strident d’ongles sur un tableau, une odeur insoutenable aussi… Toutes ces sollicitations nous incitent ou nous poussent à réagir, à changer d’endroit, de situations, de rencontres… Cela parait super comme ça. Là où le bas blesse, c’est lorsque on apprend que ces réactions sont déclenchées par un système basé sur les mémoires de notre cerveau inconscient et surtout les mémoires de l’enfance.

D’où l’impossibilité d’en avoir conscience : c’est loin. Très loin, voir ancré dans le cerveau sans qu’on ait même idée de ce qui s’est passé initialement.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Les 5 blessures qui empêchent d'être soi-même

Exemple :  lorsque j’avais 3 ans, mon père travaillait en province. Il partait le dimanche soir et rentrait le vendredi toutes les semaines. Parfois il rentrait juste le lundi soir. Mon cerveau a interprété cela comme un abandon. Il s’est alors mis en mode survie car il a compris cela comme un danger de mort. Cette blessure d’abandon qui n’aura alors pas été vécue mais juste ressentie aura néanmoins le même impact :  le cerveau reptilien de la survie qui a compris ce message ne fait aucune nuance.

le-cerveau-piece-maitresse-de-l-humain

Mode de fonctionnement du cerveau reptilien : ON ou OFF. Il ne fait pas la différence entre ce qui est réel et ce qui est ressenti. Il se met alors en ON et déclenche le dispositif survie déclenché par ce qu’il a interprété comme un DANGER DE MORT. De plus, l’émotion étant le marqueur N°1 de la mémoire, le cerveau a gravé cette situation sur votre disque dur pour toute votre existence.

* Lire comment modifier ces vieilles croyances qui rejaillissent de notre passé : http://former.canalblog.com/archives/2017/02/13/34930169.html

J’ai évoqué cet extrêmes pour que cela parle et raisonne. Il existe tout un tas d’émotions que nous vivons à d’autres échelles dont nous n’avons absolument pas conscience mais qui nous influencent aussi en permanence.

VISION

La vue : le sens le plus sollicité

Notre vue est le sens prédominant. Elle nous influence et nous impacte sans même que nous nous en rendions compte. Les informations que nous recevons (images, panneau, publicitaire, télévision, agression dans la rue, coucher de soleil magnifique, une naissance…) par cet intermédiaire modifient fortement ou nos états internes. Et la vue nous accompagnant partout et tout le temps à part quand on dort ou que l’on a les yeux fermés, nous n’imaginons même pas la quantité d’informations que nous traitons chaque jour, et le nombre d’informations stockées dans notre cerveau. Le moindre mouvement, la moindre image, le moindre geste est vu analysé et stocké. Tout cela est une banque de données dans laquelle notre cerveau ira puiser s’il estime qu’il y a un danger que cela a un intérêt pour notre survie d’aller voir si nous avons déjà vécu le même type de situation. Si une émotion est rattaché et qu’elle a une forte intensité, il est très probable que vous reviviez la situations

L’ouïe

C’est le second sens le plus sollicité chez l’être humain. Là aussi tous les sons, les fréquences, le volume, la tonalité et les bruits qui composent notre environnement modifient notre état. Tout est stocké de la même manière. La différence c’est que le nombre de neurones et de connexions est moindre car il y a un nombre moindre d’informations à traîter par le cerveau.

Le toucher, l’odorat, le goût nous font réagir systématiquement également.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  L'amour d'un père pour sa fille

Toutes ces émotions affectent comme je vous l’ai dit nos quotidiens. La problématique c’est que nos blessures, traumas, difficultés du passé quand bien même n’auraient été ressenties et non vécues, elles marquent nos cerveaux et leur intensité approfondit l’impact produit.

ext

Première clé du leadership émotionnel : prendre conscience de ce qui se passe émotionnellement

Connaitre l’origine inconsciente des émotions permet justement d’entamer un processus de reconnaissance de leur existence et des informations qu’elles nous fournissent sur nous-mêmes. Les reconnaître, pour ne plus subir leurs excès, les gérer et en tirer toute leur puissance puisque c’est grâce à elles que nous entamons une démarche de changement. Prenez un calepin et notez dans votre journée les émotions qui vous semblent les plus importantes. Vous pouvez noter mêmes les plus infimes mais cela va vous prendre du temps. A vous de voir…

http://former.canalblog.com/archives/2017/03/04/35009808.html

respirer

Deuxième clé du leadership émotionnel : respirez lorsque vous sentez arriver les émotions

Le fait de vous concentrer sur la respiration va limiter l’emballement de votre cerveau. L’émotion aura moins d’impact et ne vous mettra pas dans une situation délicate ou vous perdez confiance en vous et où vous pouvez perdre tout vos moyens à cause de la colère ou des larmes, de la surprise, de la honte ou de la culpabilité. Cette respiration va vous permettre de rebondir.leadership et moment présent

Asja Boros

Troisième clé : devenez votre propre observateur de votre niveau de leadership émotionnel

En procédant de la sorte vous pourrez changer le film. Vous serez alors dans le détachement de la situation et ne pourrez plus être touché ou affecté par la personne ou la situation qu’elle qu’elle soit. Vous devenez votre propre témoin un peu comme si vous regardiez un film avec vous en acteur principal d’un film dont la thématique est la paix, le calme ou la sérénité. Vous pouvez d’ores et déjà jouer ce rôle là et vous y impliquer à fond.


  •  
  •  
  •  
  •  
  • 233
  •  
    284
    Partages
  • 46
  • 4
  • 233
  • 1
  •  

One thought on “Leadership émotionnel : 3 clés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offerte pour vous  ma solution gratuite ! 

7 secrets du bien-être pour vous réapproprier le vôtre