Est-ce que vous n’en n’avez pas assez d’essayer des techniques de développement personnel qui ne marche pas ? Qu’après avoir eu un déblocage d’une problématique vous vous soyez certaines ou certain que ça y est votre vie change et que c’est bon vous avez trouvé la recette miracle ? Pour vous rendre compte que les semaines qui suivent vous soyez déçu(e) ? Cela se produit pour la simple raison qu’en général les gens pensent que c’est acquis. Ils retournent alors inconsciemment dans leur zone de confort en étant confiant. Vous avez déjà eu ce ressenti de déception ou de lassitude ? Du coup, ce dont vous avez besoin c’est tout d’abord d’une pratique facile à effectuer au quotidien qui vous permette d’ancrer ce saut quantique de façon durable. Pour ensuite passer à l’étape suivante pour guérir toutes les sphères de votre être. Or le son est un outil simple, que vous avez sur vous, que vous emportez avec vous et qui vous accompagne partout. La puissance du son harmonise l’âme, le corps et l’esprit
C’est une manière de faire pour changer en profondeur sa manière d’être.

Il y a peu de temps se sont offertes à moi plusieurs synchronicités mettant en avant les bienfaits et la puissance du son, des harmoniques et de leurs vertus thérapeutiques. Un frère guerrier spécialisé dans les techniques permettant de définir la mission de vie de chacun m’a indiqué que le son et la musique était pour moi une voie toute tracée…

Imaginez ma tête, moi qui n’ai jamais su ce que je voulais faire de ma vie et surtout ce pour quoi j’avais un truc !

chemin-intérieur Le son harmonise l'âme le corps et l'esprit

Le son est une voie d’accès au chemin de l’amour intérieur

 

Ceci étant, je dois quand même vous dire que je suis tombé dans une marmite musicale dès ma plus tendre enfance. Né de père inconnu accordeur de piano, j’ai toujours été en relation directe avec des fréquences, des vibrations et des sons. “Formé” très très petit à détecter les informations issues des cris et de la violence psychologique inhérente aux rapports qu’entretenaient mes parents, j’ai mesuré au travers de mon parcours, à quel point ces bruits pouvaient avoir encore aujourd’hui un impact sur mes comportements, mes humeurs et mon mon état d’être. Je suis sensible aux moindres petit bruit. Dans certaines situation, mon cerveau se met immédiatement à l’affût. Le rôle du cerveau limbique et du cervelet est dès notre plus tendre enfance de nous protéger en nous mettant en mode “survie” en cas de danger vécu ou ressenti.

Cette émotion qui est avant tout une information est alors stockée en mémoire. C’est pour cela que tout type de stimuli sous forme de bruit aigü contient en lui pour moi un risque élevé de dégénérer très rapidement. Cette information est donc interprétée par mon cerveau comme un danger réel plus ou moins identique au danger “racine”. D’où à nouveau une “tendance” au mode survie totalement inutile et des réactions disproportionnées ! Mais je me soigne en avançant sur mon chemin.

 

cadeau Le son harmonise l'âme le corps et l'esprit

 

Mes cadeaux ou potentiels alchimiques

 

Je ne connaîtrai jamais mon père biologique. Je suis alors adopté (et heureusement beaucoup aimé) à l’âge de 3 ans, puis ma mère décède lorsque j’ai 6 ans.

Mais voilà mes plus beaux cadeaux que j’ai à offrir au monde. Puisque je suis hyper sensible et que j’ai développé de grandes facilité à ressentir, à percevoir, à analyser et à synthétiser les informations, il n eme reste plus qu’à réussir à les diffuser avec plus de tact, de douceur, d’amour.

Puis, enfant, j’ai été immergé dans l’univers musical  de mon frère de 15-16 ans alors alors que j’en avais 8/9. C’est lui qui m’a beaucoup influencé par son univers puisque c’est aussi lui qui m’a élevé. Il écoutait beaucoup les Pink Floyd, les Beatles, Supertramp, Deep Purple… Que de souvenirs et d’émotions liées à ces années 1975, 76, 77, 78… déjà des déceptions amoureuses, l’abandon d’amis , des couteaux retournés dans ma plus profonde blessure devenue mon plus grand potentiel de transformation et d’élévation.

Depuis peu j’ai compris que tout ces moments m’avaient construit pour ce que je vis maintenant.  J’étais aussi chanteur dans l’école primaire catholique où la Soeur qui enseignait cette activité me disait que ma voix avait quelque chose…

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Triangle de Karpman, pervers narcissiques et résolution de conflits

L’universalité du son

En tout état de cause le son est pour moi puissant et universel. C’est aujourd’hui un vecteur essentiel de mon équilibre et peut-être du vôtre, de notre rapport au monde et aux autres. En effet, l’énergie du son véhicule une très grande quantité d’informations, des intentions et aussi des potentiels infinis. Il nous permet d’entrer facilement en état méditatif, de prendre du plaisir à écouter ses effets, de nous laisser traverser par les notes de tel ou tel instrument.

Les émotions s’éveillent, les larmes coulent, le coeur s’ouvre.

Notre voix est notre premier instrument. Nous en disposons aussi à l’infini. Nous les humains, nous l’utilisons pour parler, nous mettre en avant, pérorer, nous vanter, mais aussi pour nous mettre en contact et aimer.

Le chant, la pratique d’un instrument, les chorales sont d’excellents moyens de se respecter et de se faire du bien sans se poser de question. C’est déjà thérapeutique. Entendre sa voix, son timbre, ses variations, les fréquences, l’énergie et la puissance du son qui passe des pieds à la tête, qui franchit même la barrière osseuse. Vivre dans l’intensité du moment présent. En portant notre attention sur le plaisir que cela nous apporte et en vivant le luxe suprême d’être juste pleinement heureux.

“Le principe du chant est simple : se laisser chanter, porté et soutenu par l’intention d’ouverture du coeur, d’ouverture à la nature et aux autres, en se sentant bien ancré dans le bassin, en appui sur la terre. Se laisser chanter implique de lâcher des conditionnements, des habitudes de fonctionnement liées à nos masques et blessures, à nos rôles de composition. Se laisser chanter veut dire laisser chanter notre nature, notre dimension vraie, avec ses émotions, ses envies, ses souffrances, ses joies…”*.

 

Ma méditation du “A” outil de libération ?

Dans les civilisations et les spiritualités anciennes, ces activités ont toujours été synonymes d’éveil, de prise de conscience, de profondeur, de sens. Or la respiration et le chant sont deux outils qui forment la structure même de notre essence. Et pourtant, même lorsque nous pratiquons la puissance du son, nous n’avons pas conscience des répercussions physiques, psychiques et émotionnelles que le son opère sur nous. Tellement habitué à respirer par les épaules, de façon saccadée ! Tellement conditionné à vivre dans des environnements presque systématiquement bruyants en milieu urbain qu’on en oublie les désagréments que nous subissons qui ont pourtant un effet direct sur notre santé.

 

Différencier la puissance du son du bavardage interne et du bruit ambiant

La fausse image positive du bruit, signe de reconnaissance du “faire”, du mental dominateur.

 

Le bruit étant culturellement synonyme de “faire”, d’action, de résultats, nous nous laissons ronger par lui. Jusque à en devenir dépendant car nous croyons que ce bruit comme toutes nos croyances font partie de notre identité. A l’opposé, puisque tout marche à l’envers à notre époque, le silence fait parfois peur. Ne dit on pas un silence de mort ? Pourtant, la paix est synonyme de silence et la méditation aussi. Le calme et l’apaisement qu’apportent les différentes pratiques méditatives font mentir ce vieil adage dépassé. Le son est synonyme de vie, mais trop de son et de bruit remettent en cause les vertus et les bienfaits des fréquences, des ondes et de l’énergie sonore.

Je parlais dans un précédent article de pratiques issues du yoga du son, je parlerai aussi des vertus des différents instruments tels les bols tibétains, les didgeridos, des carillons, des cloches, des triangles ou des guimbardes. Tout ces autres instruments plus ou moins insolites qui ont chacun des caractéristiques précises et des sonorités uniques.

Le son c’est la vie. Les gazoullis des oiseaux, le bruissement des feuilles, le vent dans les voiles d’un bateau évoquent chacun des choses en nous. Des mémoires, des joies ou des peines, des accents de fêtes ou de recueillement.

L’être humain comme tout autre organisme vivant vibre.

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  11 herbes pour prendre soin de sa thyroïde naturellement

orgue Le son harmonise l'âme le corps et l'esprit

La puissance du son comme vecteur et comme libérateur d’émotions enfouies

 

Passer de l’inconscience émotionnelle à l’intelligence émotionnelle par la puissance du son

 

Pourquoi les émotions sont d’énormes opportunités de croissance ?

Les émotions sont la matérialisation spontanée plus ou moins intense de nos mémoires originelles.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.