La procrastination 1ère difficulté pour changer ?

 

La procrastination est un des problèmes majeur des personnes qui souhaitent avancer dans leur vie. Celles qui souhaitent modifier des habitudes limitantes, qui savent ce qu’elles ne veulent plus mais qui ont des difficultés à mettre en place des nouvelles plus constructives.

 

Nos habitudes issues du passé

 

Nos habitudes issues du passé sont la principale cause de ces difficultés. Dès que nous voulons emprunter un nouveau chemin dans notre vie, la procrastination nous barre la route. C’est juste un signal de notre cerveau qui veut absolument nous dire que ce n’est pas la peine. Cela ne servira à rien, de changer, c’est mieux de faire les choses qu’on a toujours faîtes. La partie du cerveau qui intervient alors, c’est celle de la survie et de la la sécurité. Tout un tas de procédés complexes vont être mis en avant.  Tout nos anciens schémas neuronaux, toutes nos peurs, tous les échecs vécus par le passé vont émerger pour nous dire STOP !

 

procrastination fatigue

La fatigue

 

Fatigue, remise en question, les fameuses phrases qu’on entend depuis toujours comme : “on a toujours fait comme ça, pourquoi on ferait autrement ?”Et là, si vous n’êtes pas équipé de chaussures de haute montagne, de casque, de gants vous allez prendre très vite froid et arrêter. Le risque de changer est le facteur majeur de tous les arrêts de projets.

 

Les tensions et douleurs physiques

 

Je sais que cela peut paraître dingue mais j’ai vécu ce phénomène. Notre cerveau là aussi est redoutable d’astuces pour nous remettre dans nos habitudes. Les réactions chimiques, les hormones qu’il est capable de déclencher lorsque l’on décide de prendre une tout autre direction, c’est redoutable. Le corps de souffrance qui ne veut pas lâcher et qui est lié à notre psychique prend la main. Toute l’énergie dépensée à lutter  et cumulée depuis toujours dans nos mémoires et notre corps de souffrance vont ressortir.

 

Le rôle du corps de souffrance et des croyances émotionnelles d’une vie

 

Ce sont toutes ces émotions contenues et qui nous conditionnent qui vont transmettre un seul message au corps : DANGER. Ce corps va faire son job. Il va réagir en produisant les hormones adéquates. Il va même aller jusqu’à sécréter celles qui sont produites en cas de situation liée à un risque de survie.

Bien que tout nous y pousse, il ne faut absolument pas lâcher, la bout du tunnel n’a jamais été aussi proche ! En effet, si vous tenez bon, vous vous rendrez compte que vous récolterez rapidement des résultats sur des sujets que vous pensiez impossibles à traiter.

3ème jour : résumé du pouvoir du moment présent souffrance et inconscience

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Le détachement c'est la liberté d'enlever ses masques

Première piste, premier enjeu : vous !

 

Remerciez-vous, prenez soin de vous, développer l’estime de vous-même donnez du sens

 

Soyez :

  • bienveillant et ayez de l’empathie avec vous-mêmes
  • sympathique
  • votre meilleur ami !

C’est un des objectifs majeur car c’est vous qui vous connaissez le mieux. Pour cela, vous devez sans contour être honnête avec vous-mêmes. Arrêtez de vous cacher et de faire semblant. Arrêter de jouer à la victime et de repousser la faute sur les autres. Et ce, quels qu’ils soient, parents, amis, relations de travail, famille en général.

L’équation est simple : vous venez de prendre un nouveau job. Travaillez pour vous ! Reprenez en main votre vie et ses conditions. Vous pouvez bien-sûr tenir compte des difficultés passées pour mieux les aborder, apprendre à les aimer et mieux les dépasser. C’est grâce à elles que vous faîtes ce nouveau choix de vie !

Ceci étant, vous êtes le ou la seul(e) capitaine à bord. Accueillir tout votre être depuis votre naissance avec ses blessures et ses épreuves est une clé puissante. Ne jugez plus ni les autres, ni vous-mêmes. C’est de l’énergie dépensée inutilement. Même si personne ne nous y a appris, vous devez vous aimer. C’est là et seulement là le tout premier job. Bien que personne ne vous ai montré comment faire, vous devez chaque jour être votre meilleur ami et non plus votre pire ennemi.

 

regard

 

Changer le regard sur vous-mêmes à travers vos vertus, vos valeurs

 

La partie négative, vous la connaissez parfaitement. Elle a eu son heure de gloire à cause de ce que vous avez reçu dans votre passé. “Tu es nul, tu n’arriveras à rien, tu n’es pas capable, tout ce que tu entreprends échoue…” Bla Bla Bla.

Cette phase est terminée. Cette partie n’est pas vous, c’est une partie qui s’est greffée sur vous au fur et à mesure du temps et qui a pris le pas sur ce que vous êtes au plus profond. Un être plein de valeur, de joie, de spontanéité, de lumière et de puissance. Il ne sert à rien d’en vouloir au passé. C’est beaucoup plus utile de construire le présent pour changer ce passé et bâtir de nouveaux potes en ciel.

Appuyez-vous sur vos valeurs, celles que vous appliquez dans votre vie au quotidien sans même vous en rendre compte. La porte que vous tenez aux autres, la vieille dame que vous laissez traverser, votre grand-mère que vous êtes allé voir récemment, les fleurs que vous avez acheté à votre conjointe ou conjoint. Le travail que vous faîtes pour respecter vos engagements. Les personnes que vous avez aidé dans leur détresse, les mots que vous leur avez dit.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment procrastination et cerveau sont liés ?

Voyez ces valeurs d’amour, de partage, de respect que vous avez en vous mais que vous ne mesurez plus parce que vous êtes convaincus que c’est NORMAL. Chaque geste a un sens et une valeur. Mesurez ça !

action

 

Deuxième piste pour sortir de la procrastination : dîtes stop à la peur et au doute !

 

En fait, la procrastination est une illusion. C’est un mode de fonctionnement issu du passé et de ce qui n’est pas vous. Ce passé lié à la peur. Peur de réussir, peur d’échouer, peur de mourir, peur de manquer, peur du regard des autres, peur de la douleur, peur du changement…

Toutes ces peurs sont illusoires bien que ce soient vos plus grands freins. Vous devez agir ! C’est presque la première solution à mettre en place. Si vous restez dans la peur vous n’agirez jamais. Même si vous échouez, ce n’est pas grave, au contraire. Vous aurez agi. Vous vous serez prouvé à vous mêmes que vous avez essayé. La réussite est le résultat de la somme de toutes les erreurs que vous avez faîtes. Toutes les personnes qui ont réussi sont passées par un nombre d’erreurs important. Les gens qui ont fait avancer le monde ont pris des risques, il ne sont pas restés sur les façons de procéder des autres. Ils on créé leur monde à l’intérieur pour le révéler ensuite à l’extérieur.

Tous les jours qui passent, vous pouvez faire le choix de faire une chose plus ou moins grande pour dépasser vos peurs. C’est le premier facteur de construction de la confiance en soi. Prenez la parole dans une association, investissez-vous dans des causes simples, allez vers vos valeurs d’humanité. Arrêtez de croire tout ce qui vous fait penser que rien n’est plus possible. Changez votre état d’esprit. Bougez, croyez en vous !

Faîtes un tour en montgolfière, en parachute, faîtes de bons plats, travaillez la terre, écrivez, peignez, sculptez, changez, dansez !

Il faut savoir qu’en médecine chinoise, la peur est l’émotion qui se trouve dans les Reins.

Vous pouvez donc intervenir au niveau physique en sollicitant des points d’acupuncture en exerçant des pressions à l’aide de vos doigts. En effet, c’est souvent un manque d’énergie dans le méridien des reins qui génère la procrastination.

 

 

célébrer

 

Troisième piste : célébrez les réussites comme les échecs

 

Cette étape est très importante car c’est elle qui va créer de la place pour les émotions positives et les schémas neuronaux correspondants dans votre cerveau. Comme je l’ai déjà dit dans mes articles, ce sont les émotions qui sont les premiers marqueurs de la mémoire. Si vous voulez réussir les projets que vous entreprenez et sortir de la procrastination, vous devez créer de nouveaux schémas neuronaux pour abaisser l’impact des anciens.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Chaque pas est une victoire

En célébrant vos actions, qu’elles aient réussi ou non, vous allez transformer votre vision des choses. Vous allez modifier votre état d’esprit pour le transformer en moteur de bien-être, de réussite, d’avancée dans vos projets.

Si vous avez échoué, accueillez cet échec, analyser ce qui a fait que vous avez échoué. Jouez à l’explorateur, soyez honnête encore une fois avec vous-mêmes. Ne tombez pas dans le piège qui consiste à dire : “de toute façon je le savais, je savais que ça ne marcherait jamais”. C’est trop facile de se plaindre encore et encore. Vous avez échoué, vous en êtes responsable. Mais c’est de cette lucidité et de cette honnêteté avec vous-mêmes que vous allez recommencer en faisant autrement, en utilisant d’autres moyens, en procédant autrement, en étant plus à l’écoute de ce que vous voulez atteindre et de ce que les autres attendent de vous.

 

visualiser

 

Quatrième piste : visualiser ou prier en conscience

 

Cette technique est puissante, mais elle doit être très précise. La visualisation uniquement par le mental ne fonctionne pas. Comme les prières. Les prières dîtes mécaniquement n’ont aucun effet. En revanche, si vous pratiquez la visualisation ou les prières en vivant dans votre imaginaire les situations en vous voyant en joie, avec le sourire, et que vous baignez dans cet état d’esprit, tout se transformera.

Une scène ou une situation la plus précise possible avec tous les sons, les parfums, l’état d’esprit des personnes présentes, la température doivent être imaginé comme si tout était réel. Car le cerveau ne fait aucune différence entre le monde imaginaire et le monde réel. D’où l’importance de vivre ces situations de la façon la plus réaliste possible.

C’est un outil très puissant si vous suivez les conseils de ce conférencier

 

 

Soyez vigilants avec vous-mêmes, pratiquez le discernement, la transparence et vous réussirez votre transformation. Veillez à mettre votre cerveau sur la bonne voie et comprenez ces subterfuges par cette fameuse vigilance. Ecoutez-vous, vos ressentis, vos fatigues, vos douleurs. Faîtes vous masser, cajoler, consultez un coach ou un thérapeute si besoin. Respirez, méditez, prenez du recul. Coupez le portable et internet de temps en temps.

 

Ainsi vous aurez accès à vous-mêmes pour avancer vers le meilleur

 

Merci d’avance de vos j’aime, partages, commentaires, j’en ai besoin pour m’améliorer !

  • 1.3K
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
%d blogueurs aiment cette page :