Habitudes et cerveau : approche générale

Tenir ses résolutions revient à modifier ses habitudes et son cerveau. Par conséquent, il me semble intéressant de vous montrer comment les mauvaises habitudes posent problème à votre cerveau. Vous savez peut-être déjà que changer est en soi un énorme challenge. Et tous les lecteurs de lafetedubienetre le savent déjà. Heureusement, vous savez aussi que tout est néanmoins possible !

Deux éléments complémentaires pour cela : il est important de donner du sens, c’est à dire mettre intrinsèquement de la motivation et de l’envie ardente à changer. En effet, c’est le premier impératif qui amène à réussir vos changements. Le second ce sont les actions et les plans que vous allez mettre en place pour cela.

Habitudes et cerveau : Le paradoxe ?

J’ai choisi de vous parler :

  • dans le premier paragraphe des dommages causés par les mauvaises habitudes sur le cerveau et des réactions chimiques corrélées qui nous plombent (addiction à la dopamine)
  • puis dans le second des conséquences sur la santé

Car, inconscientes ou conscientes, choisies ou subies, vos habitudes sont tout et leur contraire si on en est l’auteur ou le spectateur. De ce fait, soit elles

  • vous gênent et parfois même vous blessent,
  • sont constructives et vous font avancer vers le meilleur. Autant les mauvaises habitudes vous polluent et vous éloignent du style de vie que vous voulez créer, autant les bonnes peuvent vous conduire à vivre une vie magnifique et réussie.

“Les habitudes peuvent utiliser les succès ou les échecs”. Selon l’auteur et conférencier motivateur Jim Rohn,

“La motivation est ce qui vous pousse à vous lancer. L’habitude est ce qui vous retient». Jim Rohn

impact-des-habitudes-sur-le-cerveau Habitudes et cerveau : changer les conditionnements

L’impact des mauvaises habitudes

Pourquoi les mauvaises habitudes influencent votre vie quotidienne ? Parce qu’une mauvaise habitude peut avoir un impact énorme surtout sur votre santé, votre personnalité, votre cerveau et votre caractère. En effet, les mauvaises habitudes sont comme des “balles dans le pied”.

Chaque mauvaise habitude affecte directement ou indirectement votre cerveau. C’est pourquoi les habitudes ont tendance à mettre votre esprit dans le besoin. Quelle que soit la forme que les mauvaises habitudes prennent, elles sont incroyablement addictives. C’est pourquoi il est beaucoup plus difficile de briser une mauvaise habitude, par opposition à la création d’une nouvelle. Votre cerveau est câblé au niveau biologique pour rechercher des “nourritures” pour répondre aux dépendances. Lorsque vous êtes impliqué dans une mauvaise habitude vous êtes accro.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Motivation & changement : 3 clés !

Dopamine : dépendance ?

Votre cerveau libère de la dopamine, qui est le produit chimique qui vous fait vous sentir bien.  Donc, vous pouvez alors affirmer que le produit chimique vous fait planer. Ainsi, lorsque vous continuez à participer à une mauvaise habitude, celle-ci devient une routine. Cela signifie que votre cerveau est obligé de rechercher ces activités desquelles il est dépendant . Cela rend votre cerveau dépendant aux événements.

C’est cela qui rend incroyablement difficile de rompre avec une dépendance. Les mauvaises habitudes ont tendance à développer une résistance à la dopamine, qui finit par réduire la qualité de votre vie. Chaque fois que votre cerveau est inondé de dopamine, il s’habitue progressivement à l’afflux du produit chimique et en éprouve le besoin en supprimant la sensation initiale induite.

Mais, après une certaine période, votre cerveau devient “mécontent” du peu de dose qu’il reçoit. La prochaine fois que l’habitude est déclenchée, le cerveau devient insatisfait et a besoin d’une dose plus élevée de dopamine. Plus le traitement est important, plus il affecte d’autres aspects de ta vie.

C’est pourquoi vous pouvez même finir par devenir moins joyeux, plus sombre et plus terne.

Cela diminue la qualité de vie que vous êtes censé vivre et peut voler votre capacité à trouver plaisir et épanouissement dans de petites choses.

 

Habitudes et cerveau : la santé impactée ?

Pendant votre enfance, votre maman vous a peut-être dit de ne pas sucer votre pouce ou ou de ne pas mettre les doigts dans votre nez. Comme la plupart des enfants, vous étiez probablement un peu rebelle, et une fois que vous mère avait le dos tourné, vous aviez tendance à recommencer. Or, à l’époque, vous ne considériez pas les conventions sociales et vous vous portiez sur l’action. Avec suffisamment de temps, l’habitude est devenue quelque chose dont vous auriez pu vous passer, et soudain vous vous rendez compte que vous êtes connu dans le quartier comme l’enfant qui se met les doigts dans le nez.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Instant présent en tant qu'état : 5ème chapître

Ce qu’il vous faut à tout prix éviter

Bien que certaines mauvaises habitudes n’affectent pas votre santé, votre cerveau ou votre corps, d’autres peuvent leur nuire gravement . Il est impératif que vous évitiez ces quatre types habitudes issues d’addictions ou de manque.

 

fumer Habitudes et cerveau : changer les conditionnements

Fumer

De nos jours, il n’y a pas une personne vivante qui ne sait pas que fumer est mauvais pour leur santé. Cependant, même les fumeurs qui sont conscients de la vérité, continuent à participer à cette habitude. Or, comme toute autre habitude, cela a toujours à voir avec la résistance à la dopamine discuté plus tôt.

Comme vous le savez toutes et tous, le tabagisme a de nombreux effets secondaires. Non seulement il peut provoquer un cancer du poumon, mais il peut aussi entraîner de nombreuses complications :

  • pour les femmes enceintes,
  • développer le terrain favorable aux maladies cardiaques,
  • et de nombreux autres problèmes de santé.

Si vous avez pris l’habitude de fumer, il est important que vous trouviez un sens et les moyens d’arrêter. C’est en partie la raison pour laquelle j’ai écrit en partie cet article.

Consommer de l’alcool

Même une consommation d’alcool modérée finit par endommager le corps et les cellules du cerveau. Surtout lorsque vous buvez trop d’alcool. Vous augmentez vos chances de souffrir de problèmes hépatiques, de lésions cérébrales, tension artérielle, diabète et cancer. Ce n’est pas ce que vous voulez si vous envisagez d’améliorer votre qualité de vie. De plus, trop boire interfère avec vos habitudes de sommeil, ce qui qui entraîne de la nervosité et des traumatismes.

Drogues, sexe, addictions

Ces types de “nourritures de compensation” rejoignent le besoin du cerveau d’un apport de Dopamine. En effet; les drogues, le sexe, comme l’alcool sont des produits fortement addictifs. Chacun de ces “apports” correspondent à des manques intérieurs. Le sens conscient de ces habitudes addictives proviennent le plus souvent de vides, de manque, de “trous” induits par les parcours de vie.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Anxiété généralisée & Huiles Essentielles : les solutions pour vous soulager !

exercice-physique Habitudes et cerveau : changer les conditionnements

Manquer d’exercice physique

Garder votre corps extrêmement actif est crucial pour améliorer votre forme physique et santé. Par exemple, les exercices physiques doivent être effectués pour plein de raisons. Car une fois que vous avez pris l’habitude de ne pas faire d’exercice, vous finissez par priver votre système immunitaire du coup de pouce dont il a besoin. Cela peut finir par vous faire développer une maladie du cœur et/ou d’autres affections médicales.

 

Ressources et liens

Le cerveau ce guide de nos habitudes ?

Le cerveau se nourrit et adore les habitudes

 

%d blogueurs aiment cette page :