danse des émotions

Première étape : accepter l’invitation pour entrer dans la danse

Cette étape est une figure imposée.

Si j’ai choisi ce terme “danse des émotions”, c’est pour montrer à quel point elles sont liées au mouvement et à la possibilité de déstabilisation. Emotion en latin se traduit par “Ex movere” : qui appelle au mouvement.

Ce qui est intéressant, c’est que les émotions contiennent en elles un vrai potentiel de transformation pour nous-mêmes ! A partir de là, plus question de se laisser embarquer par elles ! Nous devons prendre conscience de l’intérêt qu’elles représentent, recevoir leur invitation, entrer en mouvement et danser avec elles. Cela peut plus simplement se résumer en parlant d’intelligence émotionnelle. 

Accepter ce qu’elles sont – inconscientes, intérieures, informationnelles, et in…  pour saisir l’opportunité d’en faire de vraies partenaires de croissance personnelle.

Emotions et cerveau

Il faut savoir que les émotions que nous avons vécues ont été gravées dans notre cerveau. Elles représentent une mémoire qui se matérialise de façon inconsciente par l’intermédiaire de stimulis éveillés en permanence par nos 5 sens.

Cette mémoire représente la partie immergée de nos émotions soit la plus grosse partie. Les bruits, images, odeurs interprétés comme étant de même nature créent le processus émotionnel et se cumulent au fur et à mesure de notre existence. Au delà de la réaction et des mémoires se situe le plus intéressant du message : nous prémunir de situations pouvant être liées à un risque de survie. Elles déclenchent alors  tout un tas de réactions : messages chimiques, production d’hormone – dopamine, sérotonine, cortisol – qui ont pour vocation de préparer le corps à survivre.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Motivation au changement : 3 raisons qui me boostent !

survie

D’un autre côté, cette utilité réelle n’est que très rare (environ 10%) ! Lorsque la réaction de survie est totalement décalée face à des problématiques relationnelles professionnelles, familiales, amicales – ce processus devient totalement négatif voir destructeur. En modifiant nos attitudes, nous modifierons nos relations aux autres et notre relation à nous-mêmes.

C’est là que notre conscience doit jouer son rôle pour passer d’une posture de spectateur à une attitude d’acteur conscient.

Fuir ou lutter contre elles ne fera que les renforcer. Elles se manifesteront encore et encore de façon d’autant plus décalée et destructrice. Reste donc l’accueil.

Selon la médecine chinoise, ce sont les émotions non-conscientisées et non extériorisées qui sont à la base de toutes les maladies. 

 

Partenaire

Deuxième étape : accueillir les émotions comme des partenaires

Pour danser et trouver l’équilibre il faut être deux. Accepter les émotions c’est changer d’état d’esprit à leur égard. Pour arriver à les accueillir, il est important que ce puissant phénomène énergétique inconscient devienne conscient.

L’enjeu est de faire passer les habitudes par nature inconscientes (mémoires plus ou moins lointaines) à de nouveaux automatismes neuronaux de plus en plus conscientisés. Pourquoi ?

Parce que c’est cette inconscience qui fait que nous sommes impuissants lorsqu’elles s’invitent. Elles prennent toutes la place. Il est alors impossible de ne pas en subir les conséquences : tristesse, colère, agacement, épuisement, sentiment d’impuissance, honte, culpabilité… Apprendre à agir et à danser avec elles plutôt que les subir pour sortir de leur emprise. Des techniques de relaxation simples sont souvent d’un grand secours.

Les accueillir c’est leur donner l’importance et l’intérêt qu’elles méritent. Tout en relativisant tout l’aspect lié à la survie.

Le maître mot est la vigilance avec nous-mêmes.

L’attitude à adopter

Ecouter nos stimulis, nos ressentis, les signaux de notre corps, les réactions. Je dois devenir mon propre explorateur de ce qui se passe en moi. Ainsi je me réapproprie ce qui a lieu et je peux en comprendre le sens.  C’est ce travail de conscientisation qui va nous permettre de sortir de situations à répétition. J’utilise mon mental pour développer ma concentration, ma vigilance, mon écoute.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Emission de Radio : bien-être et respiration consciente

Poème de Rumi

“L’être humain est un lieu d’accueil. Chaque matin un nouvel arrivant, Une joie, une déprime, une bassesse, Une prise de conscience momentanée Emergent tels des visiteurs inatendus. Accueillez-les et choyez -les tous! Même s’ils sont une foule de chagrins Balayant violemment votre maison Et la vidant de ses meubles, Traitez chaque invité honorablement Ils peuvent vous débarrasser du superflu En vue d’un nouveau ravissement.” Rûmi

Troisième étape : la vague, la vraie danse

Après avoir accepté l’invitation et après les avoir accueillies, nous devons passer à la danse des émotions en elle-même. Le but de cette danse est de comprendre que ces émotions seules peuvent nous emmener vers les sommets ou au fond des abysses. Notre enjeu : en devenir les témoins, les observer avec bienveillance.

Elles sont à l’image des vagues. Elles arrivent toutes de la même manière. Mais elles n’ont pas la même hauteur, la même puissance,  la même durée ni la même inertie. Par contre, plus elles sont hautes et puissantes plus on les voit arriver de loin. Ne pas attendre que la vague se transforme en tsunami. Encore une fois, je suis vigilant, je suis conscient de ces émotions pour en devenir le témoin conscient. C’est dès la première seconde de leur émergence que tout se joue.

 

Quatrième étape : la descente

Cette partie a elle aussi une grande importance. Elle symbolise l’apaisement, le calme et la tranquillité. Comme si la danse se faisait alors au fond de l’océan, où rien ne bouge. Là où les vagues de la surface n’ont aucune incidence sur les profondeurs. Qu’elles que soient leur puissance, ces émotions, ne sont pas ce que nous sommes au plus profond. Ce que nous sommes au plus profond, ce sont des grands danseurs de la vie avec laquelle nous faisons un. Lorsque nous en acceptons la magie, le sens, la puissance, alors se passe en nous le meilleur.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Se déconditionner et sortir de la matrice

Nous nous connectons à la fois à notre esprit et à notre corps, nous comprenons les liens qui existent et nous émerveillons des surprises que cette vie nous réserve. Comme disait Nelson Mandela, soit nous apprenons soit nous gagnons. Jamais nous n’échouons lorsque nous mesurons le pourquoi des échecs et des épreuves : des opportunités à grandir et à s’élever.

Cette danse des émotions est importante car elle nous donne l’accès à notre corps et à ses ressentis si importants pour retrouver notre équilibre intérieur. Les émotions nous chamboulent, nous chahutent, nous font bouger, réagir. Elles sont la vie dans toutes ses contradictions et ses mystères, sa magie qui opère et les dangers intrinsèques.

 

Cinquième étape : le remerciement

Remercier ses émotions c’est avant tout se remercier soi. Et c’est approfondir le travail de façon plus concrète. Plus ce travail se fera, plus notre éveil s’accompagnera de prises de conscience de ce que nous sommes en réalité. Comprendre qu’elles ne sont pas nous mais qu’elle sont une partie de notre histoire. Nous savons qu’elles sont là, que nous pouvons soit danser avec elles soit les laisser nous embarquer dans leur excès.

N’hésitez pas à partager, liker, commenter si vous avez envie de faire connaître cet article !

  • 1.3K
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
%d blogueurs aiment cette page :