Croyances limitantes : 4 outils pour les dépasser

Croyances limitantes : 4 outils pour les dépasser

 1er outil : respiration en conscience !

3 semaines sans manger, 3 jours sans boire, 3 minutes sans respirer

Croyance limitantes Imaginez-vous votre première respiration le jour de votre naissance. Vous avez respiré à grands poumons pour vous connecter à cet air salutaire qui a fait entrer en vous l’énergie de la vie. Mais si, souvenez-vous… Cet air qui était totalement inexistant dans le ventre de votre mère dont vous avez viscéralement besoin maintenant !

Pourquoi est-il indispensable de respirer consciemment pour changer ses croyances limitantes ? Parce que nous ne respirons pas vraiment !

Si nous viveons en conscience ces moments qui nous constituent jour après jour, minute après minute, seconde après seconde, nous changerons simplement notre vie. Cet air, notre coeur et nos poumons seront toujours là pour nous apporter la vie que nous méritons. Que nous subissions le stress, la colère, la tristesse ou la joie, notre coeur et ses battements seront toujours là pour nous servir de support, d’appui, d’épaule. Redonnons-nous le droit de respirer en vérité, en puissance, en envie profonde. Rien ne nous sera demandé en échange si ce n’est le droit d’être heureux(se) et en bonne santé. Un apport d’air digne de ce nom rechargera nos défenses immunitaires, chassera les tensions, ralentira nos ondes cérébrales excitées par le stress, la pression et le manque d’air justement. Nous serons plus alerte, plus précis, attentionné et concentré pour les choses importantes.

croyances limitantes

2ème outil : la psychologie positive

Je vois ce à quoi je crois.

Posons-nous la question, à quoi croyons-nous ?

Si c’est à autre chose que vous-mêmes, vous devez changer quelque chose !

Selon de nombreuses études scientifiques du domaine de la physique quantique, tout ce que nous sommes et ce que croyons au plus profond n’est rien plus que le résultat d’une simple addition de ce que nous avons vécu, ressenti et été par le passé. Il n’y a pas plus logique. Puisque ces croyances sont de puissants aimants, tout ce que nous sommes et ce que nous croyons crée à plus ou moins court terme ce que nous voyons. Le mouvement de va et vient entre ce que nous pensons, ce que nous créons à un instant et ce qui nous revient est un mouvement perpétuel. Ce n’est rien plus qu’une loi physique. Comme toutes les lois physiques, celle-ci est immuable. Elle ne s’arrête jamais. Le phénomène peut-être plus intense car déclenché :

  • par une émotion particulière
  • par une intention en conscience
  • par un désir ardent

En d’autres termes, ce que nous voyons dans la vie concrète, est le résultat direct de ce que avons pensé, affirmé, et ressenti à partir de notre intérieur même si nous n’en sommes pas conscients. Les deux s’entretiennent mutuellement et se renforce au fil du temps pour former une puissance d’attraction inconsciente faîte de répétition à l’image d’un processus d’apprentissage lambda. Lorsqu’on répète un geste, une action, le cerveau l’enregistre.

Ex : comment faîtes-vous vos lacets aujourd’hui si ce n’est de manière inconsciente ?

JOIE

Les émotions

Les émotions constituent le facteur numéro un de l’impact d’une action sur la mémoire. C’est pour cela qu’une émotion de plaisir ressentie dans un apprentissage par le jeu permet d’optimiser cet apprentissage et de gagner un temps énorme. La décharge d’énergie que génère l’émotion crée une sorte de “flash” dans le cerveau qui l’enregistre un peu comme une photo dans laquelle la lumière met en valeur les moindres détails du cliché.

IMG_9440

La répétition des affirmations en conscience

Le fait de s’entraîner, de répéter, de mettre son cerveau en action par le corps, les mots, les pensées et les intentions permet d’activer aussi plus fortement notre mémoire. C’est le cas typique de la méthode Coué. De la psychologie positive, de la pensée positive qui fonctionne aussi par la répétition. Comme les répétitions musicales avant un concert, nos répétitions conscientes vont permettre au cerveau d’ancrer les informations. Plus cela est répété, plus la mémoire gagne en intensité. C’est l’intérêt de l’entraînement. On s’entraîne toujours pour se préparer et c’est le fait de trouver par exemple le geste parfait pour un tennisman qui va faire qu’il sera plus performant. Ce geste “parfait” est automatiquement le fruit du cerveau inconscient parce que le conscient est beaucoup moins rapide que l’inconscient. Le mental réfléchit au geste l’insoncient non.

La visualisation

En sophrologie, cet outil est très développé. Son intérêt repose sur le fait qu’à un certain niveau de fréquence d’onde cérébrale,  le réel et l’irréel exactement sur le même plan. Le fait de visualiser des situations, le plus clairement possible donne aux cerveau toutes les informations nécessaires pour croire que c’est la réalité. Plus il y aura de sensations ressenties en plus par nos 5 sens, plus le cerveau en ressentira la puissance pour sa mémoire. En effet, les 5 sens sont les outils “techniques” par lesquels se créer nos émotions.

IMG_9251

La gratitude

 

3ème astuce : retour sur le rôle des émotions pour mémoriser d’autres programmes par le conscient

Tout nos schémas ancrés, nos filtres, nos modes de fonctionnement découlent de toutes les expériences positives et négatives que nous avons additionnées dans nos vies. C’est tout ce qui compose nos croyances limitantes.

Nous attirons à nous ce que nous sommes dans notre invisible intérieur. Cet invisible à nos yeux peut parfois être la cause de tout nos tracas. Changer le monde extérieur impose de changer ce que nous pensons, disons, croyons à l’intérieur alors que le plus souvent nous ne nous en rendons même pas compte ! Réfléchissons 2 secondes. Tic-Tac. Cela semble tellement logique. Le présent est composé aussi du passé. Notre cerveau est un véritable disque dur. Il est notre mémoire. Il stocke tout ! Les mouvements, la langue, les apprentissages de toutes sortes, les habitudes relationnelles, les sciences, l’éducation, les dogmes ou doctrines enseignés… Nous disons des enfants qu’ils sont de véritables éponges. Alors pourquoi ne pas être d’accord avec le fait que nous sommes avant tout des être issus de nos pensées, expériences, croyances… Jusqu’a ce que nous trouvions le sens pour utiliser ces aptitudes en fonction de ce que nous avons plaisir ou envie de vivre.

Le plus troublant c’est que les civilisations millénaires le savaient déjà ! En fait nous sommes juste auteur et acteur, producteur et réalisateur de nos croyances limitantes. En dehors de notre mental, elles n’existent pas. La cause est que nous sommes aujourd’hui coupés de notre vie intérieure. Parce que ce monde de l’avoir est le principe qui a toujours prévalu. Ainsi nous ne pouvons accéder exactement à ce pour quoi nous sommes faits. En général, et ça a été mon cas, nous nous restreignons à ne vouloir que la “réussite” sociale. Simplement parce que c’est la norme. Mais cela fausse toute idée de réalité. Cela fait que nous pensons à exister que par rapport à l’extérieur. Que ce soit par notre salaire, par notre voiture, notre maison, notre condition sociale. Or en raisonnant ainsi nous n’existons pas. Nous ne faisons que donner les commandes de pilotage de nos vies au passé, a futur que nous souhaiterions et au mental.

Supprimer ces croyances limitantes, c’est poser des intentions sur ce qui nous fait du bien et nous mets en joie. Mettons notre attention sur ce qui nous élève et nous fait grandir. Placons notre coeur, notre cerveaux et notre ventre sur ce qui nous fait vraiment sourire.

Pensons à vos plus belles vacances, à ce que nous avons vécu de meilleur dans notre vie, à ce qui nous a fait vibrer. Fermons les yeux. Respirons et remettons nous dans la scène. Sentons, les parfums du lieu, retrouvons la sensation que cela nous a procuré. Profitons de ces instants comme si nous les revivions vraiment. Comme je vous le disais, le cerveau au repos ne fait pas la différence entre le réel et l’irréel. Profitons-en ! Préparons nous mentalement à vivre des situations de la même énergie. Visualisons comme les sportifs avant une épreuve importante. Visualisons notre journée, imaginons-la comme une journée remplie de plaisir et de joie, sourions à l’intérieur de vous. Vivons intensément ces moments que nous stockons dans votre inconscient. Elargissons la notion d’abondance à tous les bienfaits du quotidien et les synchronicités qui sont de véritables guides. Écoutons notre corps et nos ressentis !

 

inspiration

4ème astuce : entretenir notre niveau d’énergie en restant bien hydraté

Travailler sur nos croyances limitantes exige de l’énergie. Buvez l’eau qui vous apporte également la vie, qui fluidifie et hydrate vos corps physique, mental, émotionnel et spirituel (aucune religion là-dedans ; la religion est pour ceux qui ont peur de l’enfer, la spiritualité pour ceux qui en sont revenus Proverbe Amérindien). Cette eau qui nous nettoie, dont nous avons tant besoin et à laquelle nous n’apportons pas assez souvent l’intérêt qu’elle mérite.

Arrêtez de vous juger de vous dévaloriser, de vous punir inconsciemment, de vous évaluer sans cesse par rapport à votre environnement, aux autres, à vos frères ou vos soeurs, vos parents, vos amis… vos collègues. En arrêtant cela vous utiliserez votre énergie pour d’autres choses bien plus intéressantes et constructives. Vous verrez que vous aurez une tout autre qualité de vie. Arrêter de vous juger c’est également arrêter de juger les autres. Rien n’est figé et arrêté. Nous ne sommes ni meilleurs ni pires que les autres. Nous sommes juste ce que nous sommes avec notre parcours et nos schémas.

attitude

Voir la vie du bon côté malgré les difficultés c’est le meilleur moyen pour faire comprendre à notre cerveau inconscient que les données que nous lui fournissons changent. Tant pis si cela ne lui plait pas, qu’il nous demande sans cesse de la nourriture limitative qu’il adore. C’est comme cela qu’il nous protège d’un côté, et qu’il nous fait rester petit d’un autre, sortons du rôle de victime, de bourreau (et oui ça nous arrive aussi) ou du sauveur. Ces rôles sont des leurres ! Les combats que nous avons menés par le passé pour nous défendre face à des dangers physiques (réels) ou psychologiques (supposés) qui sont depuis ancrés dans nos neurones et qui conditionnent justement notre existence n’ont plus de raison d’être aujourd’hui. Remplacez-les pour changer tout ! Cela demande avant tout de la confiance dans le processus, de la persévérance, de l’attention, de la connexion à nos corps et à nos ressentis. Cela demande de l’amour pour nous-mêmes.

Aimons-nous avant tout pour attirer à nous ce que nous serons alors devenus.

A bientôt !

Vidéo sur les bienfaits de la respiration de Jean Pélissier Maître en médecine chinoise

Vos commentaires ou questions sont bienvenus !

* indique un champ requis

  •  
    285
    Partages
  • 285
  •  
  •  

​Mon e-book les 7 secrets du bien-être

en téléchargement ​gratuit pour vous !

%d blogueurs aiment cette page :