Energie & bien-être (2/5) : la confiance en soi

Energie & bien-être (2/5) : la confiance en soi

Créer son propre bien-être par l’estime de soi, la confiance en soi, et l’affirmation

Nous avons vu dans la première partie de cette série de 5 articles qu’être dans sa mission de vie était la première condition à partir de laquelle nous pouvons créer notre propre bien-être et notre bonheur. Dans cet article nous allons voir comment passer à la deuxième condition. Le bonheur et le bien-être passe par la confiance en soi, l’affirmation et l’estime de soi.

Je parlerai dans un premier temps de l’estime de soi parce que je pense que c’est avant tout un rapport à soi. L’affirmation et de la confiance en soi viennent après et je vais vous expliquer pourquoi.

 

estime-de-soi

L’estime de soi ou comment apprendre à s’aimer

L’estime de soi est selon moi la suite logique du premier chapitre sur la mission de vie. Comment peut-on s’aimer si on ne fait pas ce pour quoi on éprouve du plaisir ? Comment être en accord avec soi-même si on exerce un métier juste pour toucher un chèque ? A partir de là les choses sont beaucoup plus claires. Mais elles sont aussi beaucoup plus “challengeantes” et difficiles. Pourquoi ? Parce que personne ne nous a :

  • jamais appris que la première valeur, c’est soi-même.
  •  dit qu’on était ici avant tout pour être heureux et vivre dans le bien-être
  • jamais appris à nous aimer
  • ou presque, n’a conscience de ces questions qui sont juste essentielles.

Sommes-nous ici pour souffrir ? Non. Pourtant tout notre environnement familial, éducatif, professionnel, parfois même amical nous dit implicitement que si ! L’ineptie de cette existence est de nous faire croire que pour être heureux, il faut souffrir. “Souffrir pour être beau” c’est quoi être belle ou beau ? “Si tu veux réussir tu dois cravacher, en baver, sortir tes tripes…”. C’est quoi réussir exactement ? Tout ceci est un énorme mensonge. Nous sommes ici pour être heureux et vivre en paix ! Quoi de plus perturbant que cela ? Comment accepter que tout ce que l’on nous propose depuis toujours n’est au final qu’une illusion ?

 

Un autre rapport à soi : devenir responsable de sa vie, se respecter et avoir de l’estime de soi

La responsabilité est la base même de la liberté. N’y a t’il pas de plus grande estime de soi que d’être libre ? Etre dans sa mission de vie, dans son axe, aligné, cela veut dire mettre en cohérence ce que l’on pense, dit et fait. Que pensons-nous chaque jour si ce n’est ce que nous avons été par le passé ? Donc, la question qui se pose de façon très concrète c’est de quoi avons-nous besoin pour être heureux et vivre dans le bien-être ?

Voilà pourquoi cela semble difficile. Parce que cela fait voler en éclat notre notion de confort (matériel) et de niveau de vie pour basculer vers la notion de qualité de vie. Si gagner de l’argent est plus important et devient un but en soi c’est qu’il y a erreur. Lorsque vouloir être riche et avoir de l’argent passe avant tout, le bonheur passe au second plan. Le bonheur est la cause et la vision vers laquelle tendre. L’argent un moyen parmi d’autres. Si on inverse l’équation, nous nous perdons à plus ou moins long terme. L’argent devient le but, transformant notre besoin en névrose jamais assouvie. C’est une fuite en avant et donc un reniement de soi.

bien-être

Respect de soi et estime de soi

Voilà comme vous étiez au départ ! Avoir de l’estime de soi passe donc par le respect de soi. Suis-je à mon écoute ? Suis-je dans ma mission de vie ? Est-ce que je suis à ma place, est-ce que ce que je fais au quotidien me plait ? Quand je fais cette activité, qu’est ce que je ressens ? Qu’est ce que cela m’apporte dans ma vie d’être humain ? Toutes ces questions sont tranchantes comme des couteaux. Elles posent les problèmes à partir de leurs racines. C’est là où en général cela remet tout un parcours en question.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Prendre conscience, créer sa vie et son bien-être

N’est-ce pas pour cela que tant de gens changent de métiers, de situations géographiques, que d’autres partent à la campagne se reconnecter à la Terre ? Qu’y a t’il de plus important que de nous reconnecter à ce que nous sommes ? Trop de matériel, de technologie, de confort tuent toute raison d’être humain.

Se reconnecter à ce que nous sommes : des êtres vivants

La connexion à la nature, la terre, les vraies valeurs de vie, la solidarité, le partage, la réussite de sa vie n’est-ce pas plutôt cela ? Je ne dis pas qu’il faut retourner au temps des cavernes, je dis que nous devons avant tout être conscient de ce que nous entreprenons dans nos vies pour y être connectés, pour être connectés à nous qui sommes des êtres vivants. Comment cela est-il possible si nous nous coupons de la vie elle-même ? Si nous nous renions. Comment vivre dans le bien-être et le bonheur si ce que nous faisons 8 à 10h est en total décalage ?

Se reconnecter à nos aspirations, à ce qui nous fait vibrer, nous fait avoir des larmes de joie, ce que nous faisons lorsqu’on ne voit pas le temps passer… C’est en fait comme je le disais dans l’article d’hier, être connectés à notre âme. Cette connexion est aussi la base de l’estime de soi. Au final, la question est : “pourquoi n’y sommes nous pas ?” Parce qu’en fait, dans ce cas les questions ne se posent même plus. Tout ne devient qu’amour. De soi, et donc de l’autre. Alors naît forcément la confiance et l’affirmation juste de ce que l’on est et des valeurs que l’on défend.

Penser à se faire du bien parce que tout ceci peut-être fatigant, voire éprouvant. Prendre du temps pour soi, pour aller se faire masser, pour faire des promenades en forêt, dans la nature. Prendre du recul, à ne pas subir une situation qui ne nous correspond pas ou plus.

 

confiance-en-soi

Se respecter au quotidien dans nos actions : développer la confiance en soi et l’affirmation

Cette deuxième partie sur la confiance et l’affirmation de soi a trait selon moi beaucoup plus à notre rapport aux autres et à notre environnement. D’ailleurs, si nous avons de l’estime pour nous-mêmes et que nous avons appris à nous aimer, la confiance en soi et l’affirmation suivent logiquement. Fin d’article…

Non, parce que comme je le disais, une minorité de personnes savent de quoi on parle quand on parle de s’aimer ou d’avoir de l’estime de soi. Posez-vous cette question : ” à quel niveau de 1 à 10 je situe mon amour ou mon estime de moi ? “ Difficile question qui ne devrait pas l’être ! Autant dire que presque personne ou presque ne saura sur quoi se baser pour faire cette mesure.

Seule question à 1000 Euros. Est-ce que je fais ce que j’aime ? Pas ce qui me rapporte de l’argent ou que je réussis au sens matériel. Ce que j’aime parce que cela participe à mon épanouissement réel, aux valeurs que je défends, au sens que je donne à ma vie. Parce que quand je rentre chez moi le soir je suis bien, que je ne ramène pas mes soucis à la maison, que mes enfants peuvent me solliciter, que je suis bien présent à eux et aux gens que j’aime. Quel est-il ?

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Bien-être et énergie vitale (5/5) Yin Yang de la saison du printemps

L’idée c’est de se dire que, dans un premier temps, la confiance en soi et l’affirmation sont des outils pour naviguer au mieux, même si nous ne sommes pas dans notre mission de vie et même si nous n’avons pas pu répondre pour mesurer notre estime de nous-mêmes. Le but étant de se prémunir face aux décalages et aux soucis qui en découlent. Cela nous permettra en parallèle d’entamer une démarche de prise de conscience puis d’action sur ce que nous souhaitons transformer.

 

action

Communication affirmation et action les 3 outils de la confiance en soi

Affirmer qui nous sommes de façon juste, défendre nos valeurs, prendre position. Etre dans l’écoute de soi et des problématiques de l’autre – très souvent similaires aux nôtres – nous permettra de mieux comprendre. Les situations de tensions, les obstacles et les difficultés sont en fait là pour nous faire évoluer et pour nous faire prendre conscience des problématiques que nous devons traiter. Si nous attirons ces difficultés de façon répétitive, c’est que nous avons la même problématique.

Notre interlocuteur dans son attitude et ses comportements va en fait réveiller mes difficultés. Je suis donc responsable de mes réactions. Rien ne m’oblige à réagir. Son injustice ou son désintérêt de qui je suis n’existent que parce que j’y ai donné implicitement mon accord. S’affirmer c’est avant tout savoir dire non. C’est refuser un travail mal présenté, mal communiqué, mal expliqué. Dont le but n’est pas clair. Où souvent il faut aller très vite parce que cela a mal été géré dès le début. Par un effet “cascade”, cela m’arrive en l’état. J’ai le droit de dire non, de me respecter. Si j’accepte, n’ai pas un souci de confiance en moi ? Ne vais-pas dire oui à tout pour cacher un déficit quelque part qui, de toute façon, va me décrédibiliser, m’affaiblir ou me “détruire” ?

Les outils : la communication non-violente

Technique de communication créé par Marshall Rosenberg dont le principe est :

  • d’exprimer un désaccord, une souffrance, un ressenti permettant de sortir de l’émotionnel
  • de parler de ce dont on a besoin pour être efficace et performant
  • d’être force de proposition pour apporter sa pierre à l’édifice et pour sortir de la négativité

L’écoute active de Carl Rogers

Outil basé sur la compréhension et l’empathie. En se mettant à la place de l’autre, on comprend ses problématiques. On sort de ses croyances, de ses shémas de jugement de peur et d’incompréhension.

Les 30 principes de relations humaines de Dale Carnegie

Tirés du livre “Comment se faire des amis”, ces principes mis en application permettent de déjouer tous les pièges de la communication : malentendus, incompréhensions, conflits, réprimandes, critiques négatives etc…

Les 4 accords Toltèques

J’en ai déjà parlé en faisant un résumé de l’ouvrage

1 – Garder une parole impeccable

2 – Ne pas faire de supposition

3 – Ne pas faire une affaire personnelle de ce que l’on me dit : c’est l’histoire qu’on me raconte qui peut m’y ramener

4 – Toujours faire de son mieux

L’affirmation

S’affirmer vient de la langue grecque “ad-firmo” qui veut dire rendre ferme. Ceci étant, la clé de l’affirmation n’est pas relative au volume de la voix ou à une gestuelle défensive voir agressive. C’est tout le contraire. L’affirmation consiste juste à aligner la puissance de sa communication en adoptant une posture assertive. Adopter une posture assertive revient à mettre en cohérence les mots, les composantes de la voix (tonalité, volume, débit) et la gestuelle. Plus tout cela sera posé et cohérent plus le message atteindra sa cible.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  [Développement personnel] Résultat carnaval d'articles les 3 raisons qui m'ont poussé à changer

L’enjeu principal est de gérer la situation et les émotions qui en découlent pour ne pas se décrédibiliser. Lire l’article en lien pour avoir quelques bonnes pistes.  Le deuxième enjeu est donc notre attitude et notre comportement.

peut dire beaucoup de choses quand on le fait dans le respect, l’apaisement et la puissance de ce que nous croyons;:Rester dans des situations correspondent, dans un métier que l’on apprécie et éviter ce qui nous décale et nous affaiblit. Etre à l’écoute des signaux de notre corps, suivre notre intuition, affirmer une position…

La confiance en soi se développe en passant à l’action

Un des principes les plus puissant est le passage à l’action : j’ai conscience que je suis en déficit de confiance en moi, qu’est ce je peux activer en moi ? Pourquoi je vous dis ça ? Parce que le plus souvent moins on a confiance en soi plus on a peur de faire des choses parce qu’on pense qu’on ne va pas y arriver, qu’on est nul, que c’est même pas la peine. Et on tourne en rond…

Passer à l’action c’est en même temps se respecter et avoir de l’estime de soi car cela revient à avoir du courage. Et le courage est une vraie valeur. Peu importe si ce que vous faites ne fonctionne pas tout de suite. L’échec n’est négatif que par rapport à l’interprétation qu’on en a. “Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends”. Nelson Mandela. Sortez des peurs qui peut-être vous habite, elles sont à 90% mentales et illusoires !

Dépasser ses peurs

La peur d’échouer : vous ne saurez jamais si vous échouerez si vous ne faîtes rien.

L’appréhension et la peur de réussir : idem

Le regard des autres : rien ne compte plus que vous !

La peur de perdre ou de manquer : ne prenez pas de risques inconsidérés !

La peur du changement : mesurer les choix que vous aure à prendre voir les sacrifices à faire (plus de télé, moins de loisir, changement de votre réseau relationnel…).

Quoi qu’il arrive la confiance en soi est relative et n’est pas figée dans le temps, elles varie en fonction de vos environnements, des personnes que vous rencontrez, de votre zone de confort, de votre capacité à agir avec recul et équilibre… Une astuce pour réussir à garder le cap en situation de tension ou de stress consiste à respirer, à se focaliser sur soi pour ne pas se laisser envahir par l’autre.

Ce qui est certain, c’est qu’il faut agir et faire chaque jour un pas en faisant face et en vous écoutant de façon constructive.

Synthèse

La confiance en soi ne consiste pas à écraser l’autre à s’imposer ou à dominer, à prendre les gens de haut, elle consiste à être dans l’équilibre et l’harmonie. C’est à cette place que plus rien ne pourra vous déstabiliser.

 

  •  
    285
    Partages
  • 285
  •  
  •  

One thought on “Energie & bien-être (2/5) : la confiance en soi

J'apprécie vos commentaires !

​Mon e-book les 7 secrets du bien-être

en téléchargement ​gratuit pour vous !

%d blogueurs aiment cette page :