Avez-vous déjà exposé(e)s à une allergie respiratoire. Vous savez, le nez qui coule, les yeux qui démangent, le palais qui racle, des éternuements par dizaines… Les manifestations allergiques au niveau respiratoire sont multiples et peuvent provoquer une gêne quasi permanente. Ces difficultés affaiblissent l’organisme à cause d’une sur-sollicitation du système immunitaire. Souvent les personnes de notre entourage ne comprennent pas, se moquent ou en rigolent. Pourtant, il n’y a rien de drôle à vivre ces situations chaque année à l’arrivé du printemps.

Celles et ceux qui souffrent de ces problématiques vivent souvent un vrai calvaire. D’autant que les réactions allergiques peuvent entraîner des crises d’asthme qui limitent la respiration et fatiguent toujours plus les sujets exposés. Il faut être conscient que les allergies représentent à l’heure actuelle une énorme quantité de personnes à travers la planète. C’est en fait la 4ème maladie dans le monde. Dans les pays industrialisés, c’est 1 personne sur 5 qui est concernée. Cela touche toutes les tranches d’âges avec une plus grande proportion chez les enfants et les adolescents.

Au niveau médical, il semble encore que seuls les anti-staminiques, les broncho-dilatateurs les décongestionants et autres corticoïdes ou corticostéroïdes soient des solutions. Le problème majeur c’est que ces médicaments ne font que traiter les conséquences et non la cause. Le risque est de devenir dépendant alors que les contre-indications sont nombreuses : somnolence et risque d’endormissement, difficulté de concentration, risques au niveau du coeur… Bien-sûr qu’ils ont encore toute leur place en cas de crise. Mais n’est-il pas intéressant d’agir en amont en privilégiant la prévention ? Des solutions naturelles existent et sont très accessibles. 

Voici un article pour vous aider à appréhender cette saison sans trop se gratter la tête !

 

 

Qu’est ce qu’une allergie en général et une allergie respiratoire en particulier ?

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Etre dans la confiance et la puissance : et si on respirait ?

Deux facteurs déterminent l’allergie qui se manifeste :

  • l’organisme exposé à une substance réagit à l’allergène en produisant une classe d’anticorps appelée immunoglobuline E.
  • l’allergène doit se être présent dans l’environnement de la personne.
  • Le corps et ses défenses immunitaires sont sur-sollicités.
  • Les réactions corporelles peuvent provoquer des sifflements au niveau des respirations, des picotements dans la gorge, le larynx, un rétrécissement des bronches, une vrai gêne respiratoire.
  • L’allergie peut aussi être favorisée à cause d’un état d’esprit anxieux, angoissé, stressé.

L’allergie est une forme d’hypersensibilité entraînant une réaction anormale du système immunitaire envers des “intrus” pour notre corps que l’on nomme de façon commune les allergènes et qui sont malgré tout le plus souvent sans danger.

 

guepe

 

Les différents allergènes

 

Les allergènes aériens ou pneumallergènes sont respirés, inhalés. Les acariens et leurs déjections sont des allergènes bien connus, ils composent la plus grosse partie de la poussière des maisons. Ils sont de la taille du micron. Ils prolifèrent dans l’humidité et la chaleur. Les pollens présents dans l’atmosphère en fonction des saisons et de la floraison des plantes qui les émettent. Il existe bon nombre d’autres allergènes présents dans les produits ménagers, dans les poils des animaux des chiens, des chats, des chevaux, les moisissures, les insectes comme les blattes et leur protéines diffusées dans l’air, les déjections d’oiseaux… Certaines médicaments peuvent aussi être des allergènes tels que la pénicilline. Les venins des insectes comme la guêpe, l’abeille, le frelon ou le bourdon présentent des caractéristiques allergènes qui peuvent avoir de très graves conséquences (choc anaphylactique).

 

Symptômes et manifestation pour une allergie respiratoire

 

  • La conjonctivite allergique est due à des réactions oculaires peut se transformer en gêne respiratoire
  • La rhinite allergique et l’asthme dues à des allergies respiratoires
  • Dermatite atopique, urticaire sont des allergies cutanées
  • Plus grave, le choc anaphylactique qui peu-être fatal qui est une réaction allergique grave.

 

 

Les éternuements fréquents

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Rein en Médecine Chinoise : L'organe à "chouchouter" en hiver

Lorsqu’on éternue de façon répétée, et qu’on est dans une saison proche du printemps, ce n’est pas forcément lié à un début de rhume ou à un coup de froid. Il peut s’agir aussi d’une allergie respiratoire qui provoque des réactions au niveau des parois du nez. Ces éternuements résultent alors d’une rhinite chronique ou d’une réaction allergique entraînant une allergie respiratoire.

 

 

Allergie respiratoire : préférez toujours la prévention à la curation

 

Passer l’aspirateur au moins une fois par semaine. Changez à la même fréquence les draps, housses, taies de votre literie. Evitez le surplus de poussière en laissant traîner des affaires partout. Ranger, nettoyer, aérer doit être un réflexe quotidien. L’aération permet à l’air de se renouveler et ainsi d’éviter un taux trop d’humidité trop élevé qui favorise les moisissures invisibles.

Ne laissez pas traîner une affection ORL car cela affaiblit les muqueuse et favorise l’apparition d’allergies respiratoires. Accorder une attention particulière à tous les produits comme les laques, les produits chimiques en suspension (parfums d’ambiance…), le tabac…

Attention aux animaux car les allergies peuvent apparaître même après plusieurs années sans aucun souci.

Recharger votre flore intestinale lieu des défenses immunitaires par une cure de probiotiques.

Supprimer le lait de vache et les laitages.

 

huiles-essentielles

 

Deux solutions à privilégier : huiles essentielles & acupressure.

 

1 – Les huiles essentielles

Le réflexe : l’huile essentielle d’estragon

Mettre deux gouttes d’huile essentielle d’estragon sur un comprimé neutre (ou un sucre ?) et laisser fondre sous la langue 2 à 3 fois par jour

 

 

La recette plus complète

Mélanger 5 gouttes d’HE d’estragon avec 5 gouttes d’HE de niaouli avec 2 gouttes de camomille romaine et une goutte d’Huile végétale de Calophylle.

Application sur le thorax, les sinus, le haut du dos. 2 à 3 fois par jour pendant 3 à 6 jours. Masser doucement toutes la ou les zones congestionnées. Attention aux yeux !

 

Préparation à demander en pharmacie

En gouttes nasales

Demander à votre pharmacien de mélanger dans un flacon compte-gouttes 1 ml d’HE eucalyptus radié avec 1 ml d’estragon, 0.5 ml de camomille et 30 ml d’huile d’amande douce. 2 gouttes dans chaque narine 4 fois par jour pendant 5 jours ou + si besoin est.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Charbon actif : des bénéfices plus que puissants !
Gélules à avaler

Demander à votre pharmacien de mettre en gélules 25mg d’estragon, 25 mg de camomille romaine, 25 mg de géranium et 25 mg de lavande officinale. Prendre 1 gélule par jour pendant la période sensible. Poursuivez le traitement 2 à 3 semaines. Aide et soulage sur le long terme en traitant le terrain. Très appréciée en général.

 

 

acupuncture

 

2 – Les points d’acupressure

 

Recette en cas d’éternuements fréquents

Solliciter tout ces points :

  • le 5P (poumons) situé au creux du pli du coude, en dehors du tendon du biceps. Appuyer pendant environ 1 à 3 mn et tourner dans le sens inverse des aiguilles d’une montre pour disperser l’énergie bloquée

éternuement

 

 

 

 

 

 

 

Le 4 GI (Gros intestin) situé au sommet que forment les 2 premiers métacarpiens (os du pouce et de l’index) lorsqu’ils sont écartés. Appuyer pendant environ 1 à 3 mn et tourner dans le sens inverse des aiguilles d’une montre pour disperser l’énergie bloquée

recette-éternuement

 

 

 

 

Le 20 GI située dans un petit trou à la base de l’aile du nez et le 1 V (vessie) situé à l’angle interne des yeux. Pour les 2 points, appuyer pendant environ 1 à 3 mn et tourner dans le sens inverse des aiguilles d’une montre pour disperser l’énergie bloquée.

recette-éternuements

 

 

 

 

 

 

Le 8 F (foie) situé sur le pli de flexion interne du genou, contre l’articulation. Appuyer pendant environ 1 à 3 mn et tourner dans le sens normal des aiguilles d’une montre pour renforcer l’énergie.

 

Autres solutions complémentaires

  • Oligo-éléments  : “manganèse-cuivre-magnésium.lithium”. Zinc
  • Vitamine conseillée : (acérolat plus)
  • 1.3K
  •  
  •  
  •  
  •  
  •